Simplicité. Voilà un mot qui pourrait qualifier Jean-Paul Clozel, le directeur général d’Idorsia. Parfaitement ponctuel, il tend, en guise de bienvenue, un petit bol rempli d’œufs de Pâques colorés. Le cofondateur d’Actelion et d’Idorsia, qui frise les 2 mètres, en saisit un avant d’entrer dans son bureau à Allschwil, dans la région bâloise. La société qu’il a créée avec sa femme, Martine Clozel, a repris corps dans les locaux de l’ex-Actelion, achetée en 2017 par le groupe américain Johnson & Johnson pour 30 milliards de dollars. Le couple aurait pu s’arrêter là. Mais il a préféré créer une nouvelle société de biotechnologie, Idorsia, en reprenant toutes les molécules en phase précoce de développement que Johnson & Johnson n’a pas voulues.

Le Temps: Les molécules que développe Idorsia n’étaient-elles pas assez attrayantes pour Johnson & Johnson?