Rachats d’actifs, taux négatifs, taux encore plus négatifs… Alors que les outils de relance des banques centrales commencent à manquer de leviers, de plus en plus de voix s’élèvent pour appeler à des relances budgétaires de la part des Etats. Pas plus tard que mercredi 4 septembre, même Christine Lagarde, future présidente de la Banque centrale européenne, a encouragé les gouvernements de la zone euro à dépenser et investir.