Vingt-deux minutes. C’est le temps affiché par le petit compteur, en haut à gauche de la lettre aux actionnaires signée par Jeff Bezos. Et c’est juste: il faut 22 minutes pour lire cette missive signée par le fondateur et directeur d’Amazon. L’homme est obsédé par les chiffres et par le temps. Un exemple? Dans sa lettre, il dit avoir fait épargner à chacun de ses clients 75 heures de trajet et de présence dans les magasins, pour une valeur totale, calcule-t-il, de 126 milliards de dollars en 2020.

Il y a les chiffres. Il y a aussi le ton. Six jours après l’échec d’une tentative de syndicalisation dans un entrepôt du groupe à Bessemer, en Alabama, Jeff Bezos a profité de sa lettre annuelle pour y réagir. Sans nuance. «Si vous lisez certains articles, vous pourriez penser que nous ne nous soucions pas de nos employés. Dans ces reportages, nos employés sont parfois accusés [sic] d’être des âmes désespérées et traités comme des robots. C’est faux», écrit Jeff Bezos. L’homme précise avoir recruté 500 000 personnes en 2020, pour compter désormais 1,3 million d’employés.