La cohésion nationale ne passe pas par l’Etat. Au contraire, Jérémie Bongiovanni, un Neuchâtelois de 24 ans qui prépare son master en droit et économie à l’Université de Saint-Gall, croit davantage aux solutions venues du bas qu’aux vertus intégratives de subventions. Lorsqu’il cherche à s’intégrer en Suisse orientale, ce n’est pas la SSR qui l’aide, déclare-t-il.