Les jeunes Américains entrent plus tardivement sur le marché du travail, et plus difficilement en raison des conséquences du Covid-19. Ils peinent à financer l’achat d’un logement sur un marché immobilier en nette hausse dans plusieurs pays. Ils vivent plus mal que leurs aînés de la génération des babyboomers (nés entre 1946 et 1965), aux Etats-Unis.