En Suisse, 27% des employeurs possèdent chez eux des postes en jobsharing. Cette forme de partage du travail est la plus pratiquée dans les administrations publiques (55%) et dans le secteur des services financiers et assurances (50%). Sur l’ensemble des duos en jobsharing, la grande majorité est encore composée de deux femmes (90%), puis par des duos homme femme (8%). Les paires d’hommes sont donc rares (2%).

Ces chiffres ressortent d’une enquête menée fin 2013 auprès de 384 établissements par l’association Part Time Optimisation (PTO) et la Haute Ecole Spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest.

«Une double expertise pour le prix d’une, le maintien du savoir-faire et une augmentation de la motivation des employés»: tels sont les avantages mis en avant par les entreprises sondées au cours de cette enquête nationale. Le site www.go-for-jobsharing.ch apporte des témoignages autour du partage du travail. Un guide édité par PTO est aussi disponible. (LT)