Accra, la capitale du Ghana, est l’une des villes les plus congestionnées d’Afrique de l’Ouest. Le nombre de véhicules a explosé ces dernières années alors que les infrastructures routières sont les mêmes qu’il y a cinquante ans. A l’une des entrées de la ville, la Banque mondiale a financé la construction d’un rond-point, le plus grand en Afrique, qui était censé fluidifier la circulation. Peine perdue. Pour venir à bout des embouteillages qui empoisonnent quotidiennement la vie des automobilistes, l’Etat veut mettre en place un système de métro léger. Les travaux pourraient démarrer dans une année.

Lire aussi: Patrick Njoroge, Banque centrale du Kenya: «La finance durable est un marathon qui a déjà commencé»