Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans une usine à Xietang, septembre 2017.
© Kevin Frayer

noël

Les jouets sont toujours produits dans des conditions de travail inhumaines

L'ONG Solidar Suisse publie une enquête sur les usines chinoises, qui produisent deux jouets sur trois achetés en Suisse. Si elle relève quelques améliorations, elle insiste notamment sur les déplorables conditions d'hygiène

Les usines chinoises qui fabriquent des jouets écoulés en Suisse ne respectent pas le droit des salariés. Les employés cumulent les heures supplémentaires et sont parfois exposés à des produits toxiques, dénonce l'ONG Solidar Suisse dans un communiqué – sa page web propose un lien sur son rapport.

Deux jouets sur trois vendus en Suisse proviennent de Chine, explique dimanche l'organisation non gouvernementale (ONG), Solidar Suisse. Se basant sur une enquête menée sur place par l'organisation chinoise China Labor Watch, Solidar Suisse note que les salariés du secteur effectuent parfois de 80 à 140 heures supplémentaires par mois, et font face à de mauvaises conditions d'hygiène.

L'année passée: A Lausanne, un Ken en chair et en os pour dénoncer les conditions de fabrication des jouets

Des ateliers exigus

Citée dans le communiqué, Simone Wasmann, directrice de campagne de l'ONG suisse, considère que les entreprises de jouets sont en partie responsables de ces mauvaises conditions de travail en exerçant une pression énorme sur les usines chinoises pour produire le moins cher possible. Selon elle, cette pression conduit à l'exploitation.

Les photos prises dans les fabriques par l'organisation chinoise montrent également des conditions de vie "catastrophiques". Les employés s'entassent ainsi dans de petits dortoirs de huit personnes, voire plus. Durant leur travail sur place, les enquêteurs chinois ont aussi été témoins de deux tentatives de suicide de salariés.

Il y a quelques améliorations

Solidar Suisse souligne toutefois quelques améliorations. La semaine de travail a notamment été réduite de six à cinq jours dans les usines examinées. Et les salaires ont augmenté, même s'ils ne permettent pas toujours aux ouvriers de vivre dignement.

Pour sensibiliser la population helvétique à ce problème, l'ONG lance le magazine Fair Toys, qu'elle va écouler ces prochains jours à Genève, Zurich, Berne et Bâle. Destiné tant aux enfants qu'aux adultes, cette publication fournit des informations sur les conditions dans lesquelles les jouets sont fabriqués.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)