Folle journée à la Bourse américaine. Alors que le marché ouvrait en forme, la mi-journée ne semblait pas lui convenir. La Bourse américaine repartait brusquement à la baisse, le Nasdaq cédant 17,81 points (–0,44%) à 4051,50 points et le DJIA 151,09 points (-1,31%) à 11 346,03 points lundi vers 17 h 30 GMT, en raison d'un mouvement de prises de bénéfices après une nette progression matinale.

A la clôture, le Dow Jones Industrial Average, principal indicateur du marché outre-Atlantique, terminait à 11 356 points, en recul de 1,22%. Le S & P 500 terminait à 1455 points (-0,96%) et le Nasdaq en meilleure forme concluait sa journée à 4130 points (+1,51%).

Les principaux indicateurs boursiers avaient entamé la séance en fanfare dans le sillage de leur performance des derniers jours de 1999, soulagés par l'absence de problèmes liés au bug de l'an 2000. Le Nasdaq a même temporairement affiché une hausse de 120 points grâce à l'exécution d'ordres d'achats placés à l'avance par les investisseurs. L'indice Standard and Poor's des 500 valeurs était en repli de 24,80 points (-1,69%) à 1444,45 points.

Le marché obligataire a en revanche souffert dès l'ouverture d'un retrait de capitaux que les gestionnaires de portefeuilles absents la semaine passée se pressaient de placer dans les valeurs de la haute technologie, qui reste leur secteur préféré. Ce marché reste également tendu en raison des craintes d'accélération de l'inflation dans une conjoncture toujours solide. Les investisseurs s'attendent généralement à un relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale lors de sa prochaine réunion le 5 février.

L'annonce d'un recul plus fort qu'attendu, à 55,5%, de l'indice composite d'activité du groupement national des directeurs d'achats des principaux groupes manufacturiers américains (NAPM) en décembre et d'une progression modeste (+0,4 pt) de sa composante prix payés n'a pas réussi à rassurer les opérateurs. Le rendement moyen de l'obligation du Trésor à 30 ans, qui évolue en sens inverse du prix, remontait ainsi à 6,582% contre 6,477% le 31 décembre.

Sur le marché boursier, les opérateurs ont bien accueilli le fait que le passage à l'an 2000 se soit révélé un «non-événement», ont souligné des analystes. Mais des prises de bénéfices concentrées sur les titres des finances ont inversé la tendance. Les intervenants continuaient en revanche à acheter dans la haute technologie, encouragés par un relèvement de l'objectif de prix sur de nombreux titres du secteur (notamment Amazon.com, AOL et CMGI) par un analyste de Merrill Lynch. L'action AOL gagnait ainsi 5/8 à 76-1/16 sur un marché de 10,5 millions de titres, Amazon.com 4-3/16 dollars à 80-5/16 avec 8,3 millions de valeurs et CMGI 33-3/4 dollars à 310-1/2 dans un marché de 5,4 millions. Les valeurs des banques étaient orientées à la baisse, ce qui pesait sur le DJIA. JP Morgan cédait 3-1/2 dollars à 123-1/8, American Express 7-7/8 dollars à 58-3/8 et Chase Manhattan 4-3/4 à 72-15/16.

AFP