Après avoir enregistré deux séances consécutives de baisse, le marché suisse reprend quelques couleurs jeudi sur les premiers échanges. Grâce aux progressions supérieures à 1% de Nestlé, Zurich Financial Services et UBS, l'indice SMI atteint un niveau haut de 7689 points en cours de séance. Dans l'après-midi, l'ouverture négative de Wall Street pèse sur la tendance et efface une partie de ses gains. Le SMI clôture en légère hausse de 0,2% à 7652,7 points.

D'un point de vue technique, le marché est survendu actuellement, il devrait par conséquent se reprendre rapidement et franchir à nouveau la marque des 7700 points grâce à l'appui des valeurs défensives. La performance de Wall Street reste toutefois cruciale. Parmi les blue chips, UBS progresse de 1,5% à 265 grâce à la publication d'un bénéfice net supérieur aux attentes des analystes. Le profit du groupe s'est établit à 1,449 milliard de francs au quatrième trimestre 2000. Ce chiffre prend en compte l'acquisition du courtier américain PaineWebber pour un montant de 11,8 milliards de dollars. Depuis le mois d'octobre, le titre UBS a largement surperformé son rival CS Group en progressant de 30% par rapport à 6%. Profitant des bons chiffres d'UBS, CS Group, qui publiera les siens le 13 mars prochain, campe sur ses positions à 306,50.

Dans un autre registre, Nestlé s'apprécie encore de plus de 1% à 3550 et se montre plutôt confiant à la veille de la publication de ses résultats durant l'exercice 2000. Les analystes sont généralement optimistes: la multinationale devrait atteindre son objectif de croissance annuelle des ventes de 4% (qui exclut l'impact des taux de changes, des acquisitions et des changements de prix), grâce à son exposition importante sur les marchés émergents. Ce facteur lui permet de tirer largement profit des développements économiques positifs en Amérique latine, particulièrement au Mexique.

Sévère recul de Kudelski

Dans le compartiment des pharmaceutiques, Roche affiche un léger repli de 0,3% à 15 050. Le groupe bâlois publiera ses résultats durant l'exercice 2000 la semaine prochaine. Sa filiale américaine active dans la biotechnologie Genentech confirme ses objectifs stratégiques à long terme fixés en 1999. La société entend engranger 500 millions de dollars de nouveaux revenus découlant des alliances et des acquisitions dans un horizon à 2005. Il souhaite également générer une croissance annuelle du bénéfice par action de 25%. Cinq nouveaux produits se trouvent dans la phase finale des tests cliniques et cinq autres ont d'ores et déjà reçu le feu vert des autorités américaines. Ebranlé par le nouveau recul du Nasdaq, Kudelski affiche un sévère recul de près de 10% à 1500. La société romande annonce qu'elle projette un nouveau split de ses actions, en dépit du fait que le titre est proche de son point bas depuis douze mois dans le sillage du malaise général du secteur technologique. Profitant du changement de la loi suisse sur la valeur nominale, Kudelski proposera un split de ses titres par dix à l'occasion de l'assemblée des actionnaires prévue en mai. Un analyste se déclare convaincu que la valeur correcte de l'action se situe à 3472…