Jeudi, la séance est marquée par les résultats 2000, supérieurs aux attentes des analystes, publiés par le géant bâlois Novartis. Le groupe annonce que son bénéfice net a progressé de 8% à 7,21 milliards de francs et son chiffre d'affaires de 15% à 29,11 milliards de francs. Le président du groupe, Daniel Vasella, anticipe une croissance des ventes solides durant l'exercice 2001 dans le sillage du lancement de cinq nouveaux médicaments au cours des douze prochains mois. Il s'agit du Zelmac (ulcères), du Starlix (diabète), du Xolair (asthme), du Zometa (cancer) et du Glivec (leucémie). Une acquisition importante serait dangereuse à l'heure actuelle, car elle empêcherait le groupe de se concentrer sur la croissance interne générée par ses nouveaux produits. Toutefois, Novartis reste intéressé à l'achat d'une petite société, aux Etats-Unis notamment. Le groupe ne compte pas procéder à des cessions cette année, tout en continuant de réexaminer son portefeuille d'activités. Par ailleurs, Novartis procédera à un programme de rachat d'actions portant sur un montant de 4 milliards de francs et prévoit un split de ses titres par 40. Fort de ces bonnes nouvelles, le titre progresse de plus de 2% à 2798, ce qui redonne quelques couleurs à un marché suisse peu convaincant ces derniers temps. Soutenu par la bonne performance de Novartis et par l'ouverture positive de la Bourse de New York, l'indice SMI parvient à afficher une encourageante progression de 0,7% à 7865,8 points.

Valeur nominale des actions restreinte

Dans le compartiment des bancaires, UBS progresse de 1,6% à 279,50. Le titre réagit à l'annonce de son split par trois dans le cadre des changements de la loi suisse. Cette dernière, qui prendra effet le 18 juillet prochain, restreint désormais la valeur nominale des actions.

Dans un autre registre, Holderbank s'apprécie de 1% à 1919. Son homologue français Lafarge se déclare plus que jamais intéressé par le développement d'une alliance stratégique avec le cimentier portugais Cimpor, en passe d'être privatisé. Lafarge détient actuellement une participation de 10% dans Cimpor.

Par ailleurs, le cimentier français s'opposera, lors de l'assemblée générale extraordinaire du 20 février, à la suppression de la limite de 10% des droits de vote des actionnaires de Cimpor. Holderbank avait posé la suppression de cette limite comme condition préalable à une éventuelle offre d'achat consécutive à la privatisation de Cimpor.

Titre affecté par des rumeurs

Parmi les valeurs secondaires, Charles Voegele recule de 3% à 196, après avoir touché un point bas de 183 en cours de séance. Le titre est affecté par des rumeurs faisant état d'une mise en garde sur les résultats de la société. Le climat hivernal particulièrement doux a provoqué des craintes que Voegele n'éprouve des problèmes à vendre son stock. La société a émis un profit warning au mois de janvier.

La société confirme ses prévisions d'un bénéfice net supérieur à 80 millions de francs en 2000, par rapport à 103 millions de francs en 1999. Charles Voegele publiera ses résultats le 17 avril prochain.