Après la forte progression enregistrée la veille, le marché suisse marque une pause jeudi. L'indice SMI consolide quelque peu dans le sillage de l'ouverture hésitante et termine la séance en léger recul de 13 points. Il parvient ainsi à renforcer sa position au-dessus du sommet des 8100 points conquis mercredi, son point haut depuis deux ans. Aujourd'hui, les investisseurs se concentreront sur la publication des statistiques du marché de l'emploi aux Etats-Unis. Ces chiffres sont déterminants et devraient donner des indications sur la future politique monétaire de la Réserve fédérale. Cette dernière tient sa prochaine réunion le 22 août. D'aucuns pensent que la Banque centrale pourrait attendre l'issue des élections présidentielles américaines en novembre avant de procéder à une hausse des taux.

Les valeurs du compartiment des financières, très en verve mercredi, subissent de logiques prises de bénéfices. Swiss Life fait figure d'exception, progressant de près de 2% à 1297 francs. Le titre, qui a atteint un point haut de 1419 francs en juillet, bénéficie d'ordres d'achat émanant de banques étrangères. Le CS Group a annoncé récemment qu'il avait augmenté sa participation dans l'assureur à 5,5%, devenant ainsi l'un des plus importants actionnaires de Swiss Life. Dans le compartiment des cycliques, Algroup s'apprécie de 1,45% à 1190 francs. Les actionnaires de la société ont donné leur feu vert au mois de juillet aux conditions offertes par le canadien Alcan Aluminium dans le cadre de la fusion des deux entités. Le rapprochement sera finalisé si au moins 67% des titres détenus par les actionnaires d'Algroup sont échangés dans un swap qui débutera à la fin du mois d'août. La fusion devrait être finalisée d'ici à mi-octobre et donner naissance au second groupe mondial dans le domaine de la production d'aluminium. Au terme de l'opération, les actionnaires d'Algroup détiendront 34% du capital de la nouvelle entité et ceux d'Alcan 66%. Le nouveau groupe générera un chiffre d'affaires annuel de quelque 12,4 milliards de dollars et comptera 53 000 collaborateurs.

Dans un autre registre, Swisscom campe sur ses positions à 558 francs, alors que les enchères de la troisième génération de téléphonie mobile se poursuivent en Allemagne.

Le montant total des offres atteint actuellement quelque 6,45 milliards de marks. Le Ministère des finances allemand espère que cette opération lui permettra de lever au moins 20 milliards de marks. MobilCom, soutenu par France Télécom, demeure le candidat le plus agressif, suivi de près par Mannesmann Mobilfunk. Debitel, filiale de Swisscom, et Group 3 G, un consortium du finlandais Sonera et de l'espagnol Telefonica, font figure d'outsiders. La plupart des observateurs estiment que cinq licences seront attribuées au terme de l'opération. Pour sa part, Adecco continue de reculer dans le sillage de la publication de ses résultats semestriels lundi après la clôture de la Bourse. Après s'être replié de plus de 5% mercredi, le titre perd encore 2,7% à 1250 francs.