Jeudi, le marché suisse se replie de 0.5% et parvient de justesse à se maintenir au-dessus de la marque psychologique des 8200 points. Le compartiment des pharmaceutiques ne réagit guère à la chute de 30% du titre de la société américaine Eli Lilly la veille. En effet, un tribunal a annulé une décision qui permettait au groupe de conserver une patente de protection sur son médicament bestseller, l'anti-dépresseur Prozac, jusqu'en 2003. Roche se replie légèrement de 0.2% à 16360 et Novartis de 0.6% à 2605.

Dans un autre registre, Swatch Group progresse de 0.6% à 2379. Les exportations horlogères helvétiques ont augmenté de 17% à 4.72 milliards de francs suisses au premier semestre 200, affichant une croissance ininterrompue depuis le mois d'août 1999. Le secteur bénéficie d'une situation économique mondiale favorable et de la faiblesse du franc suisse face au dollar. Cependant, le volume de montres vendues a reculé de 3% à 14.6 millions d'unités. En effet, la baisse de la demande observée dans les montres en plastique (-11.3%) et en aluminium (-16.3%) n'a pas pu être compensée par l'acier (+ 12.5%) et l'or 18 carats (+ 10.1%).

Dans le compartiment des financières, Zurich Allied enregistre un repli de 0.6% à 939. La compagnie a formé une alliance avec l'assureur britannique UPA (United Provident Association) dans le but de vendre et développer des produits destinés aux expatriés et à la clientèle aisée. BUPA compte 4 millions de clients dans 180 pays et Zurich Allied 35 millions dans 60 pays.

Progression de Synthes-Stratec

De son côté, Swisscom se redresse et engrange une plus-value de près de 2% à 566. Dans le cadre des enchères UMTS de téléphonie mobile de la troisième génération en Allemagne, les analystes estiment que Debitel (filiale à hauteur de 74% de Swisscom) devrait être la première société à se retirer, ce qui a l'heur de plaire aux investisseurs.

Parmi les valeurs secondaires, Synthes-Stratec progresse de près de 11% à 1020 points, au bénéfice d'une recommandation d'achat. La société annonce que bénéfice net a augmenté de 45% au cours du premier semestre. Synthes-Stratec prévoit que ses profits continueront à croître et que son chiffre d'affaires affichera une progression supérieure à celle du premier semestre durant la deuxième moitié de l'année. Ces résultats supérieurs aux attentes des analystes indiquent que la fusion en 1999 de Stratec avec la société américaine Synthes porte ses fruits. Dans un autre registre, Ascom a procédé à l'acquisition d'une participation de 76% dans la société espagnole Arpalan Ingenieros. Cette opération permet à l'équipementier de télécommunications de faire son entrée sur le marché espagnol des systèmes intégrés. Arpalan, fondé en 1992 et basé à Madrid, emploie 72 collaborateurs et occupe la position de leader sur le marché espagnol des réseaux actifs et passifs. L'entreprise dispose de partenariats techniques importants, notamment avec Cisco. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué. Le titre s'apprécie de près de 1% à 5700.