L'ambiance est morose sur les places boursières à la veille du début de la réunion du FOMC de la Réserve fédérale. La plupart des économistes tablent sur une détente monétaire de 25 points de base à 3,5%. L'indice SMI enfonce la marque psychologique des 6600 dans la matinée, avant de se redresser quelque peu dans le sillage de l'ouverture positive de Wall Street et de clôturer sur un repli de 0,5% à 6625,4 points.

Les mouvements sont amplifiés par la faiblesse des volumes échangés. Cette semaine, Ciba SC, Mikron, Schindler et Swisslog publient leurs résultats semestriels aujourd'hui, Nestlé, Sez, Esec et Unaxis mercredi, Swisscom, Sulzer et Oridion jeudi, Sika et Rieter vendredi.

Parmi les blue chips, Swatch Group publie des résultats situés dans le bas de la fourchette des attentes des analystes. Au premier semestre, son bénéfice net a reculé de près de 10% à 231 millions de francs, tandis que son chiffre d'affaires augmentait de 2,3% à 2,02 milliards de francs. Les exportations du groupe sont affectées par la hausse du franc suisse et la croissance des ventes semble ralentir dans le segment haut de gamme. Enfin, la crise actuelle du secteur de la téléphonie mobile pèse sur la division électronique de Swatch Group. Dans un tel contexte, le groupe horloger révise à la baisse ses prévisions de croissance des ventes sur l'ensemble de l'exercice 2001 de 10 à 12% à 5-8%. Le titre plonge de 9,1% à 132,75.

LTU menacée de faillite

Dans un autre registre, Swissair se replie de près de 2% à 113. La compagnie dément les rumeurs faisant état d'une diminution du nombre de vols entre Genève et Zurich afin de réduire les coûts. A partir du 28 octobre, Swissair prévoit d'ajouter deux vols entre ces deux destinations. Par ailleurs, LTU, compagnie charter allemande détenue à hauteur de 49,5% par le transporteur helvétique, aura besoin d'une injection de fonds supplémentaire, selon son président. La société a été menacée de faillite après des années de mauvaise gestion et dans un contexte d'excédent de capacité dans le secteur. Après avoir enregistré une perte de 224 millions d'euros durant l'exercice 2000, LTU a amélioré sa situation depuis le début de l'année et devrait pouvoir réduire ses pertes en 2001. Le président du groupe ne prévoit pas de retour dans la zone bénéficiaire avant 2004.

Sous le règne de Philippe Bruggisser, Swissair s'était engagé de manière contractuelle à éponger les pertes de la compagnie jusqu'en 2005. L'avènement de Mario Corti à la présidence du groupe a changé la donne avec la mise en place d'une nouvelle politique de désinvestissement. Le président de LTU considère que Swissair souhaite vendre sa participation assez rapidement. Affaire à suivre.

SGS projette de procéder à plusieurs acquisitions

De son côté, SGS s'apprécie de plus de 1% à 285,50. La société projette de procéder à plusieurs acquisitions au cours des 18 prochains mois. Le moment est idéal pour de telles opérations, car la société pourra profiter de la chute des évaluations boursières. Au début du mois d'août, deux banques ont recommandé le titre à l'achat, s'appuyant sur la récente correction du cours. L'une d'entre elles a fixé un objectif de cours de 340 dans un horizon à douze mois.