Après avoir brièvement franchi la marque des 8400 points en début de séance, le marché suisse a effacé ses gains en cours de séance. L'indice SMI termine la journée en léger repli de 0,3% à 8349,5 points.

Parmi les blue chips, Nestlé poursuit sur sa lancée et continue de profiter des excellents résultats publiés la veille. Les investisseurs privilégient Nestlé, au détriment de son homologue français Danone. De nombreux courtiers américains relèvent leurs prévisions de résultats et objectifs de cours sur le groupe helvétique. Le titre s'apprécie encore de 1% à 3769.

Aux pharmaceutiques, Novartis affiche une légère baisse de 0,3% à 2672. Le groupe bâlois annonce la signature d'un accord de coopération avec la société américaine Rigel Pharmaceutical en vue de développer des médicaments destinés à traiter l'asthme et d'autres affections respiratoires sévères. Au terme de l'accord, Novartis détient les droits exclusifs de développement et de commercialisation sur le plan mondial des produits issus de la recherche commune. En juin 1999, les deux sociétés avaient scellé leur collaboration sur cinq différents programmes de recherche d'une durée de cinq ans chacun, dont les deux premiers, consacrés à l'immunologie, sont en cours actuellement. En avril, Rigel a abandonné son projet d'introduction en Bourse en raison des conditions du marché.

Swisscom en rebond

Pour sa part, Swisscom, fort maltraité ces derniers temps, à l'instar de ses homologues européens, parvient à afficher un léger rebond de 1,4% à 518. Selon les rumeurs en vigueur actuellement, il semblerait que son conseil d'administration, en réunion hier matin, pourrait annoncer de nombreuses mesures de restructuration qui devraient rendre les divisions du groupe plus autonomes. Elles devraient également permettre à Swisscom de conclure des alliances partielles avant la décision du parlement quant à la poursuite de sa privatisation. Affaire à suivre aujourd'hui lors de la conférence de presse du groupe.

Quant à Kudelski, il progresse de près de 5% à 2371 dans des volumes étoffés après le split du titre par dix. Des rumeurs de downgrade ont pesé temporairement sur l'action en fin de matinée.

Georg Fischer en vedette

Parmi les valeurs secondaires, Georg Fischer progresse de près de 1% à 530. Le groupe helvétique annonce avoir reçu une commande de Renault. Il s'agit de la première commande émanant d'un constructeur automobile français. Bien que l'ordre ne dépasse pas le montant de 10 millions de francs suisses, il est important car il permet à Fischer de faire son entrée sur un marché français traditionnellement dominé par les fournisseurs contrôlés par l'Etat. Les composants fabriqués par Fischer sont destinés au projet Renault X70 qui se concentre sur un nouveau modèle, la Renault Master-EE.

Dans un autre registre, Leica Geosystems progresse de plus de 2% à 563, grâce à une recommandation d'achat accompagnée d'un objectif de cours de 600 dans un horizon à douze mois. L'analyste s'appuie sur la part de marché de 50% détenue par Leica sur le Vieux Continent et sur son excellent know-how dans les domaines des systèmes de mesures et de positionnement.

Marie-Christine Lang UBS SA