Jeudi, le rebond de Wall Street à l'ouverture permet au marché suisse d'effacer ses pertes et de clôturer en progression de 0,75% à 7280 points.

Parmi les blue chips, SAirGroup s'apprécie de près de 2% à 179,50 points, après avoir atteint un niveau de 192 en cours de journée. Le titre profite de rumeurs faisant état d'un éventuel rachat de la compagnie après des articles parus dans la presse financière allemande et américaine. Deux membres du conseil d'administration ont indiqué récemment que Swissair ne pouvait pas survivre de manière indépendante et qu'elle devait rejoindre une grande alliance, comme One World ou Star Alliance. Les détails de la nouvelle stratégie de SAirGroup seront communiqués lors de la conférence de presse prévue le 2 avril prochain. Selon certaines indications, le groupe pourrait se concentrer sur Swissair et Crossair et vendre certains actifs afin de soulager ses finances. Affaire à suivre. La rapidité et les coûts du retrait de ses engagements en Belgique, en Allemagne, en France et en Italie seront observés avec attention.

Après avoir touché un point haut de 1799 en début de séance, Swatch Group termine la journée sur un gain de 2,4% à 1641. L'horloger a publié, plus tôt que prévu, des résultats 2000 record mercredi après la clôture de la Bourse. Son bénéfice net a augmenté de près de 50% à 651 millions de francs, ce qui s'est avéré supérieur aux attentes des analystes. Le groupe confirme ses prévisions d'une croissance des ventes de l'ordre de 10-15% durant l'exercice en cours, en dépit des inquiétudes des intervenants au sujet de la situation économique au Japon et aux Etats-Unis. Une banque réitère sa recommandation d'achat sur le titre avec un objectif de cours de 2500 points dans un horizon à douze mois.

Au sein des valeurs secondaires, Straumann recule de près de 9% à 2141 points. Le titre souffre de l'annonce de la démission avec effet immédiat du directeur du groupe, Andreas Stutz, en raison de divergences d'opinions avec l'actionnaire principal (44% du capital), Thomas Straumann. A. Stutz dirigeait la société depuis son entrée en Bourse en juin 1998 et le titre a sextuplé durant cette période. La société publie aujourd'hui ses résultats durant l'exercice 2000. Selon les estimations des analystes, le bénéfice net devrait augmenter de 55% à 37,8 millions de francs. Straumann développe, fabrique et commercialise à l'international des implants et instruments destinés à la médecine dentaire. Il occupe la deuxième position mondiale dans son secteur.

Dans un autre registre, Vontobel plonge de près de 17% à 2635 points après avoir réduit son bénéfice net de 100 millions de francs à 241,6 millions pour l'exercice 2000. La banque privée a dépensé 151 millions pour son projet Internet y-o-u l'an passé et a dû y renoncer en raison de craintes relatives à sa rentabilité. Suite à cette affaire, Vontobel annonce le renvoi de son président et son directeur financier. La banque avise par ailleurs que ses résultats seront modestes en 2001. Compte tenu de tous ses problèmes actuels, Vontobel remet à plus tard son projet d'introduction en Bourse de 13,5% de son capital détenu par la famille fondatrice.