Jeudi, le marché suisse se replie à nouveau, pénalisé par la mauvaise performance de New York et par l'affaiblissement persistant du dollar, qui nuit aux exportatrices. L'indice SMI baisse de 0,9% et se maintient de justesse au-dessus de son support technique situé à 6700 points.

Parmi les blue chips, Novartis figure parmi les rares progressions de la séance après la publication de ses résultats semestriels. Son bénéfice net a progressé de 10% à 3,73 milliards de francs et son chiffre d'affaires de 11% à 15,46 milliards de francs. Cependant, le titre ne parvient pas à profiter pleinement de ces très bons chiffres, en raison des décisions de la FDA de refuser son traitement Zelmac et de demander des études supplémentaires sur son médicament contre l'asthme Xolair.

Ces deux produits étaient considérés comme des blockbusters par le groupe, ce qui signifie qu'ils ont tous deux un potentiel de vente de plus de 1 milliard de francs. La FDA se prononcera lundi prochain sur la commercialisation de son médicament contre le cancer Zometa. Il pourrait enregistrer un chiffre d'affaires de 1,2 milliard de francs dans un horizon à 2005.

Selon certaines spéculations, Novartis pourrait par ailleurs être intéressé par le rachat des activités pharmaceutiques du groupe allemand Bayer, ce dernier souhaitant se concentrer sur la chimie. Le titre progresse de 2,2% à 58,70.

Serono pénalisée

Dans un autre registre, Serono recule de 3,5% à 1438. Les investisseurs craignent que son traitement contre la sclérose en plaques Rebif ne puisse bénéficier d'une commercialisation avancée aux Etats-Unis. Le groupe romand souhaite que son médicament soit lancé sur le marché américain en 2002, un an avant que les droits d'exclusivité de l'Avonex de Biogen arrivent à échéance. Selon les rumeurs, Serono n'aurait pas encore communiqué les données supplémentaires à la FDA, destinées à prouver la plus grande efficacité du Rebif. Affaire à suivre.

Au sein des valeurs secondaires, Vontobel s'apprécie de près de 3% à 46,15. Au premier semestre, son bénéfice net a reculé de 88% à 22,5 millions de francs en raison d'une charge extraordinaire de 89,5 millions de francs et de la faiblesse des marchés financiers. Ce chiffre se situe dans le bas de la fourchette des estimations des analystes. Ses actifs sous gestion ont baissé de 9% à 69,4 milliards de francs, contrairement à ceux de ses homologues Julius Bär et UBS. Vontobel a été affecté en début d'année par l'échec de son projet Internet, ce qui a lourdement pesé sur le titre.

Pour sa part, Sulzer Medica grimpe encore de 12,5% à 135. Le titre, qui s'était envolé de près de 40% la veille, continue de bénéficier de l'annonce d'un plan de 780 millions de dollars destinés au règlement rapides des poursuites intentées aux Etats-Unis dans l'affaire des prothèses de hanche défectueuses.

Cette excellente nouvelle rassure les investisseurs et incite les analystes à revoir leur rating sur le titre. La situation de Sulzer Medica s'améliore grâce à cette décision de dédommagement et les craintes de faillite du groupe diminuent considérablement.