Alors que les poids lourds de la cote affichent des performances contrastées (progressions de Novartis et CS Group annihilées par les reculs de Roche et Nestlé), l'indice SMI clôture en légère hausse de 0,2% à 7877,3. Parmi les blue chips, Roche recule de 0,9% à 15 545.

Selon certaines spéculations, le géant bâlois pourrait racheter le groupe pharmaceutique allemand Schering. Ce dernier, spécialisé dans les thérapies hormonales, la contraception, l'oncologie et la dermatologie, est cité depuis plusieurs années comme candidat potentiel à une reprise. Schering génère un chiffre d'affaires annuel de 3,67 milliards d'euros.

Par ailleurs, une banque allemande évoque la possibilité d'une fusion entre Roche et Novartis, précisant qu'une telle opération aurait la même rationalité stratégique et financière que celle de GlaxoSmithKline. L'assureur allemand Allianz, qui contrôle 10% du capital de Schering, a déclaré récemment qu'il souhaitait vendre ses participations industrielles. Affaire à suivre. Novartis affiche une progression de 1,75% à 2682.

Dans un autre registre, ABB se replie de 4,6% à 167,50 en raison de ses perspectives peu prometteuses pour l'exercice 2001 qui sont considérées, à tort selon la société, comme un profit warning par les investisseurs. La société annonce une réorganisation de sa structure qui sera désormais orientée vers le client et non sur le produit. Il s'agit d'une première pour un groupe industriel. ABB espère que ce mouvement lui permettra d'être plus efficace dans un environnement de globalisation croissante, de dérégulation et de consolidation. Cette nouvelle structure sera mise en place mi-2001 et n'impliquera pas de charges de restructuration.

Logitech grimpe de 9%

D'autre part, la société engage six nouveaux membres dans son comité exécutif composé de onze personnes. ABB publiera ses résultats de l'exercice 2000 le 13 février prochain et détaillera sa nouvelle stratégie à cette occasion. Son projet d'introduction en Bourse aux Etats-Unis, reporté en octobre passé en raison de la volatilité des marchés, reste d'actualité.

Dans le compartiment des financières, Swiss Re progresse de 0,7% à 3729. La compagnie annonce que les pertes dans le secteur des assurances en 2000 étaient nettement inférieures à celles de 1999, année record. En dépit d'un coût global des catastrophes s'élevant à 38 milliards de dollars en 2000, elles sont passées de 31 milliards de dollars en 1999 à 11 milliards de dollars l'an passé. Toutefois, la tendance à la hausse des pertes demeure en raison de la persistance de plusieurs risques: augmentations de la densité de la population et de la concentration des valeurs non assurées dans des zones dangereuses.

Pour sa part, CS Group enregistre une belle plus-value de 2,8% à 331,50. Un courtier américain recommande le titre à l'achat avec un objectif de cours de 381 dans un horizon à douze mois. Parmi les valeurs secondaires, Logitech grimpe de 9% à 425. Une grande banque recommande le titre à l'achat avec un objectif de cours de 675. La société romande publiera ses résultats du troisième trimestre le 23 janvier.