Pénalisé par le recul supérieur à 1% de Nestlé, le marché suisse affiche un repli de 0,5% à 7936,2 jeudi. A l'instar de ses homologues du Vieux Continent, l'indice SMI ignore les encouragements suscités par les bons résultats publiés par les sociétés américaines et par les perspectives de détente monétaire outre-Atlantique.

Parmi les blue chips, Richemont campe sur ses positions à 4315. Le groupe actif dans l'industrie du luxe annonce une augmentation de 21% de son chiffre d'affaires au cours du troisième trimestre. Ce résultat est conforme aux attentes du marché et les craintes d'un ralentissement des ventes durant la période de Noël ne se sont pas matérialisées. Le dirigeant du groupe indique par ailleurs que les résultats sur l'ensemble de l'exercice, à paraître fin mars, seront satisfaisants, sans donner plus de détails.

Vente de Leybold Optics prévue pour cette année

Selon les estimations des analystes, le bénéfice net de la société devrait s'établir à quelque 988 millions d'euros, contre 782,6 millions en 1999. Richemont détient les marques prestigieuses Cartier, Montblanc, Alfred Dunhill, Lancel et Van Cleef & Arpels.

Dans le compartiment des bancaires, UBS gagne 1,2% à 283. Un courtier américain relève son objectif de cours sur le titre de 290 à 303, se basant sur le business mix équilibré de la banque, sa stratégie agressive et sa moindre dépendance aux fluctuations du Nasdaq. Pour sa part, Unaxis se replie de 0,4% à 374,50. Son directeur, Willy Kissling, déclare que le ralentissement de la croissance du secteur de l'information technologique sur le plan mondial pourrait affecter le chiffre d'affaires du groupe. Il indique également que la vente de la division Leybold Optics sera effectuée cette année. Quant à Leybold Vacuum, la cession n'est pas prévue avant un ou deux ans. Après les désinvestissements dans le domaine de la technologie de surface en 2001, le 60% du chiffre d'affaires du groupe sera engendré par la technologie de l'information. Dans ce domaine, Unaxis souhaite se concentrer dans des secteurs à forte croissance comme les écrans plats et les composants optiques.

Dans un autre registre, Sulzer s'apprécie de près de 1% à 1225 après avoir publié des résultats supérieurs aux attentes des analystes durant l'exercice 2000. Les entrées de commandes ont augmenté de 7% à 5775 milliards de francs. Sulzer prévoit une hausse significative de son bénéfice opérationnel mais rappelle qu'elle devra faire face à de substantiels coûts de restructuration. Les résultats détaillés seront publiés le 9 mars prochain.

Sulzer négocie

Par ailleurs, les investisseurs saluent la décision du groupe de garder ses activités dans le domaine des pompes, contrairement à ses plans initiaux. Sulzer est en négociations pour vendre ses divisions Sulzer Infra et Sulzer Textiles et réfléchit à la meilleure manière de procéder à la séparation de ses activités dans la technologie médicale d'une part et dans l'industrie d'autre part. Sa filiale détenue à hauteur de 74% Sulzer Medica publie une progression de 14% de son chiffre d'affaires à 1,35 milliard de francs. Le titre (SMENn. S) grimpe de plus de 3% à 470.