Le marché suisse ne commence pas le mois de mars sous les meilleurs auspices. Incapable de résister au recul de Wall Street la veille, il s'affaiblit de manière significative jeudi. Les intervenants sont déçus par le discours du président de la Réserve fédérale qui n'a pas annoncé, comme beaucoup l'espéraient, une prochaine détente monétaire outre-Atlantique. Alan Greenspan a déclaré que l'ampleur du ralentissement conjoncturel demeurait limitée et que le potentiel de croissance de la productivité à long terme restait intact. L'indice SMI termine la séance en repli de 1,8% et enfonce la marque psychologique des 7600 points, un niveau inédit depuis octobre 2000.

Parmi les blue chips, quelques rares titres parviennent à s'en sortir par le haut. Il s'agit de Givaudan (+0,6%), Holderbank (+1,1%) et Novartis. Ce dernier s'apprécie de 1% à 2859 points. Le groupe bâlois soumettra cette semaine son traitement contre la leucémie Glivec à l'approbation des autorités américaines et européennes. La FDA a indiqué que le médicament, doté d'un statut spécial, pourrait recevoir le feu vert au cours des six prochains mois, s'il parvient à remplir les conditions de sécurité et d'efficacité. Selon les tests cliniques de Novartis, le Glivec a permis de soigner la leucémie de 30% des patients traités.

Roche toujours en retrait

Son homologue Roche est toujours affecté par la publication de ses résultats 2000. Il passe sous son support technique situé à 14 000 points et termine la séance en net recul de près de 4% à 13 385. Il s'agit d'un niveau inédit depuis le mois d'octobre 1998. Selon certaines rumeurs, Roche pourrait vendre sa division pharmaceutique et se concentrer sur sa division diagnostic, très rentable, avant de fusionner.

Dans le compartiment des assurances, Swiss Re recule de plus de 1% à 3462 points. Dans les circonstances actuelles, le titre ne parvient pas à profiter d'une recommandation d'achat assortie d'un objectif de cours de 4000 dans un horizon à douze mois.

De son côté, Kudelski subit de plein fouet le nouveau recul du Nasdaq. Le titre se replie de plus de 5% à 1495 points, en dépit des nombreux commentaires positifs des analystes. Selon eux, le groupe romand devrait profiter du succès de ses décodeurs et du potentiel considérable lié à la convergence entre la TV digitale et les systèmes informatiques. Le titre avait atteint un point haut de 2695 juste avant son introduction dans l'indice SMI au mois d'octobre passé.

Parmi les valeurs secondaires, Synthes-Stratec plonge de près de 18% à 850, touchant un point bas depuis sept mois. La société active dans le domaine de la technologie médicale annonce une progression de 38% à 298,3 millions de francs de son bénéfice net durant l'exercice 2000. Ce résultat est légèrement inférieur aux attentes des analystes, qui s'établissaient en moyenne à 307 millions de francs. Son chiffre d'affaires a augmenté de 26% à 1,33 milliard de francs. Durant l'exercice en cours, la société prévoit une croissance des ventes comprise entre 12 et 13%. Depuis le début de l'année, le titre a reculé de plus de 10%.