Après avoir ouvert sur une note plus ferme en début de semaine, le marché suisse renonce rapidement à ses gains. Dans l'après-midi de lundi, l'ouverture légèrement positive de Wall Street n'avait aucun impact sur l'indice SMI qui terminait la séance en recul de 1,1% à 7034,6 points. Le ton est à la prudence à la veille de la réunion de la Réserve fédérale (Fed). La banque centrale américaine devrait, selon les observateurs, procéder à une détente monétaire de 50 points de base.

Parmi les blue chips, SAirGroup affiche un repli de près de 2% à 190 après la nomination du directeur financier de Nestlé, Mario Corti, à la tête de la compagnie. M. Corti s'est engagé à réorganiser SAirGroup et à mettre fin aux pertes des filiales étrangères. Il compte simplifier la structure du groupe et revitaliser la compagnie aérienne Swissair en améliorant la transparence et la communication. Il n'entrera pas en négociations sur d'éventuelles alliances avec d'autres compagnies aériennes avant que la santé financière de SAirGroup soit restaurée. Le groupe devrait annoncer le 2 avril prochain les plus mauvais résultats de son histoire. Dans un autre registre, Syngenta plonge de plus de 8% à 88,10. Le groupe publie un bénéfice net en hausse à 450 millions de dollars en 2000, par rapport à 377 millions de dollars durant l'exercice précédent, un résultat conforme aux attentes des analystes. Cependant, le géant de l'agrochimie précise que l'année 2001 a démarré très modestement sur le front des ventes. En effet, le recul des prix des matières premières, le mauvais temps et la perte de confiance en Europe dans le sillage de la fièvre aphteuse ont pesé sur le chiffre d'affaires. Par ailleurs, Syngenta se déclare intéressé au rachat des activités d'Aventis dans le domaine de l'agrochimie. Aventis, né de la fusion entre les groupes Hoechst et Rhône-Poulenc, souhaite en effet se concentrer sur la pharmacie.

La SGS en hausse

Pour sa part, la SGS s'apprécie de près de 3% à 1815. Le président du groupe souhaite proposer la création d'une catégorie unique d'actions à la prochaine assemblée générale, prévue pour le 10 mai. Cette décision, qui changera radicalement l'influence des actionnaires sur le groupe, est soutenue par trois d'entre eux: l'industriel allemand August von Finck, la compagnie d'assurances Swiss Life et la holding française Worms et Cie (famille Agnelli). Cette dernière accepte de réduire sa participation à moins d'un tiers des droits de vote. Max Amstutz compte également proposer qu'Elizabeth Salina Amorini, représentante des familles fondatrices et ancienne présidente de la SGS, quitte le conseil d'administration.

De son côté, Swatch Group grimpe de plus de 6% à 1687, réalisant la meilleure performance du jour parmi les blue chips. Le titre bénéficie d'une recommandation d'achat (strong buy) assortie d'un objectif de cours de 2100 dans un horizon à douze mois. Swatch Group a reculé de 40% depuis son point haut de 2699 inscrit en août 2000. Par ailleurs, l'horloger projette de procéder à de nouvelles acquisitions dans le segment de luxe et d'alimenter sa croissance grâce à son propre réseau de magasins.