Lundi, le marché suisse parvient à se reprendre, après avoir perdu 200 points la semaine passée. Soutenu par les bonnes performances des bancaires, pondérées à hauteur d'un peu plus de 20% dans l'indice, le SMI s'approche de la marque psychologique des 7700 points en terminant à 7660,20 (0,7%). Les valeurs technologiques rebondissent quelque peu après la clôture positive du Nasdaq vendredi dans le sillage de rumeurs de baisse prochaine des taux d'intérêt outre-Atlantique. Dans ce contexte, Kudelski enregistre une belle hausse. Ebranlée par la mauvaise tenue du secteur, la société n'a pas pu profiter de l'annonce du split de ses actions par dix la semaine passée, une opération destinée à améliorer la liquidité du titre. L'assemblée générale des actionnaires se prononcera sur ce sujet au mois de mai.

Egalement favorisées par les perspectives de détente monétaire par la Réserve fédérale aux Etats-Unis, les bancaires figurent en première ligne dans le tableau des hausses de la séance: UBS et CS Group ont connu des progressions significatives en clôturant respectivement à 268 francs (+9 francs) et 306,50 francs (+6,50 francs). Parmi les blue chips, Nestlé campe sur ses positions vers le niveau des 3600. Un courtier américain relève son objectif de cours sur le titre à 4100 dans un horizon à douze mois. Ce nouvel objectif reflète l'amélioration du profil de croissance à long terme, la hausse du dividende et l'augmentation de la contribution du groupe de cosmétique français L'Oréal, dans lequel Nestlé détient une participation.

Dans le compartiment des pharmaceutiques, Roche clôture sur une note inchangée. Selon un article paru dans la presse financière, le groupe AstraZeneca serait en quête d'un partenaire pour la commercialisation de son nouveau traitement destiné à abaisser le niveau de cholestérol. Roche figure parmi les candidats potentiels, aux côtés de Bristol-Myers Squibb et Schering Plough. Le géant bâlois publiera ses résultats durant l'exercice 2000 mercredi. Selon les estimations des analystes, le bénéfice net devrait afficher une croissance comprise entre 15 et 17% à quelque 5,1 milliards de francs. Les ventes de la division pharmaceutique ne devraient pas avoir souffert du recul ou de la stagnation des médicaments les plus importants de Roche et s'établir entre 17,5 et 18,2 milliards de francs (16,5 milliards en 1999). Le chiffre d'affaires du traitement contre l'obésité Xenical diminue, après avoir gagné une part de marché de 20% aux Etats-Unis dès son lancement. Le titre a perdu près de 10% depuis le début de l'année.

Dans un autre registre, SAir Group recule quelque peu avant de clôturer sur une note inchangée à 220 francs. Le groupe étudie en ce moment la vente de sa chaîne hôtelière Swissotel, mais n'a pas encore décidé du bien-fondé d'un tel désinvestissement. Selon la presse alémanique, SAir Group serait en négociations avec Marriott International, Hyatt Hotels et la division Peninsula Group de The Hong Kong and Shanghai Hotels. La société Mövenpick a fait état récemment de son intérêt au rachat des hôtels de SAir Group. Swissotel fait partie de la division SAir Relations et emploie 1058 collaborateurs. Elle a généré des revenus de 190 millions de francs en 1999. Affaire à suivre.