En milieu de semaine, le marché suisse prend clairement le chemin de la baisse. L'indice SMI se replie de 1,2% à 7860 points, entraîné par les mauvaises performances des valeurs bancaires et pharmaceutiques. Au sein des blue chips, seuls Kudelski, Zurich Financial Services et Richemont parviennent à afficher des plus-values significatives.

Pour sa part, Nestlé recule de 3,2% à 3460. Le titre est affecté par des rapports faisant état de sa possible rétrogradation compte tenu de son évaluation jugée excessive. Elle n'était justifiée que dans la mesure où les investisseurs en quête de valeurs défensives souhaitaient payer. Mais le pessimisme qui prévalait quant à la situation aux Etats-Unis laisse la place à un sentiment plus mesuré, favorisant plutôt les technologiques. De son côté, Roche baisse de 1,75% à 15 690. Le géant bâlois admet finalement ce que plusieurs observateurs suggéraient déjà: son pipeline de nouveaux médicaments tarit rapidement et la société devrait procéder à des acquisitions, voire même une fusion, afin de remédier à cette situation. Le titre a perdu 10% l'an passé et a réalisé une performance inférieure à celle du marché suisse et de ses homologues européens. Quant à Novartis, il prévoit le lancement de six nouveaux médicaments à court terme, à l'instar de Pfizer et GlaxoSmithKline. Roche ne prévoit qu'une commercialisation en 2001, celle de son médicament contre l'hépatite C Pegasys. Une situation qui ne devrait guère améliorer la croissance des ventes du septième groupe pharmaceutique mondial.

Dans un autre registre, SAir Group recule de 1,5% à 230,50. La compagnie Swissair annonce avoir vendu ses 5 millions d'actions Delta Airlines à Salomon Smith Barney il y a quelques semaines. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué. Le transporteur américain a pour sa part cédé ses 525 000 actions SAir Group en octobre passé, ce qui a généré un profit de 114 millions de dollars.

Publigroupe progresse de 2,3%

Par ailleurs, les syndicats belges pourraient résister au projet de SAir Group qui souhaite augmenter sa participation dans Sabena, actuellement de 49,5%. Affaire à suivre.

Parmi les valeurs secondaires, Publigroupe progresse de 2,3% à 812. La société prévoit que son bénéfice net durant l'exercice 2001 sera inférieur aux niveaux atteints en 1999 et 2000. Publigroupe avait annoncé en décembre une révision à la baisse de son profit en 2000 de 140 à 125 millions de francs. Cette situation est due à la correction profonde du marché de la publicité en ligne et à une révision des plans d'expansion de Real Media. Les effectifs de la division seront réduits d'environ 10%. Les résultats détaillés de l'exercice 2000 seront publiés à la mi-février.

Dans le segment du nouveau marché, Modex accuse un recul de 3,2% à 182 suite à son placement secondaire. En effet, la société annonce avoir procédé à la vente de la participation de 6,5% détenue par les actionnaires avant son introduction en Bourse. Des investisseurs institutionnels se sont portés acquéreurs mais le montant de la transaction n'a pas été mentionné. Modex, spécialisé dans la réparation des tissus épidermiques, a fait son entrée sur le nouveau marché en juin 2000.