A quelques heures de l'issue de la réunion du FOMC de la Réserve fédérale, la Bourse suisse manque toujours de conviction et peine à nouveau à trouver une direction précise. Selon certains observateurs, une détente monétaire inférieure à 50 points de base pourrait décevoir les marchés. Dans des volumes extrêmement peu étoffés, l'indice SMI clôture une nouvelle fois sur une note quasiment inchangée à 8057,4 points.

Parmi les blue chips, Adecco recule de 5,2% à 1100. Pourtant, l'agence de travail temporaire publie des résultats conformes aux attentes des analystes durant l'exercice 2000. Son bénéfice net a augmenté de 42% à 746 millions de francs et son chiffre d'affaires de 44% à 26,6 milliards de francs. Si l'on exclut les acquisitions, dont celle du groupe américain Olsten, la croissance des revenus s'établit à 19%. En France, le plus grand marché du groupe après la fusion avec la société Ecco en 1996, le chiffre d'affaires a progressé de 28% à 9 milliards de francs. Aux Etats-Unis, le rachat d'Olsten a permis d'enregistrer une croissance des ventes de 63% à 8 milliards de francs. Adecco projette un split de ses actions par dix et une augmentation de capital conditionnelle de 2 millions de titres destinée à une éventuelle fusion ou acquisition.

Dans un autre registre, Swatch Group recule de plus de 3% à 1975 dans le sillage de prises de bénéfices des investisseurs anglo-saxons. Son chiffre d'affaires correspond également aux attentes du marché avec une progression de 17,6% à 4,26 milliards de francs en 2000. Cependant, l'horloger confirme ses prévisions d'un ralentissement de la croissance des ventes en 2001, qui ne devrait pas excéder 15%. Le bénéfice net devrait être en ligne avec les estimations des analystes à quelque 630 millions de francs.

Au sein des bancaires, Julius Baer progresse de 0,5% à l'avant-veille de la publication de ses résultats durant l'exercice 2000. Selon les prévisions, son bénéfice devrait augmenter de 50% au moins. Les actifs sous gestion pourraient avoir crû de 15%. Dans le compartiment des pharmaceutiques, Roche affiche un léger repli de 0,4% à 15 090. Selon certaines rumeurs, le géant bâlois pourrait être intéressé au rachat du groupe français Sanofi-Synthelabo. Une telle opération lui permettrait de stimuler son pipeline de médicaments. Par ailleurs, la FDA américaine, l'organisme de contrôle des médicaments, a accepté d'examiner son test de diagnostic du sida.

Au sein des valeurs secondaires, Kaba recule de 9% à 1820. Les investisseurs se montrent déçus par les résultats à l'issue du premier semestre. Son bénéfice net a diminué de 2,3% à 21,5 millions de francs et le chiffre d'affaires de 274,9 millions de francs au premier semestre 1999-2000 à 263,2 millions de francs. Kaba confirme ses prévisions de résultats sur l'ensemble de l'exercice 2000-2001 avec un chiffre d'affaires de plus de 580 millions de francs et une hausse du bénéfice net. Le fabricant de systèmes de sécurité prévoit de finaliser le rachat d'Unican d'ici à fin mars. Le titre a perdu 15% depuis le début de l'année, après avoir grimpé de plus de 60% en 2000.