En début de semaine, le marché affiche une progression grâce au soutien des bancaires et à l'ouverture positive de Wall Street. L'indice SMI clôture en hausse de 0,6% à 7581,6 points.

Parmi les blue chips, Serono progresse de 2,5% à 1317 à la veille de la publication de son bénéfice net durant l'exercice 2000. Selon les estimations, il devrait avoir augmenté de 50% à 58% entre 274 et 291 millions de dollars. Le chiffre d'affaires du groupe était légèrement inférieur aux attentes des analystes à 1,15 milliard de dollars, en raison du recul des ventes du traitement contre le sida Serostim et de certains de ses médicaments contre l'infertilité. Les marges de Serono s'améliorent grâce à l'utilisation accrue des produits fabriqués à partir de protéines, qui ont contribué à hauteur de 73,9% aux ventes des neuf premiers mois de l'année 2000, par rapport à 68,2% en 1999.

Sulzer rejette l'offre

Dans un autre registre, Sulzer campe sur ses positions à 1123. Selon InCentive Capital, qui a récemment lancé une OPA d'un montant de 4,4 milliards de francs sur le groupe industriel, les détenteurs du titre Sulzer ont réagi positivement à sa proposition de rachat, surtout les investisseurs anglo-saxons et les petits porteurs. Sulzer a rejeté l'offre, précisant qu'il entendait procéder au spin off de sa division de technologie médicale Sulzer Medica. InCentive capital détient une participation de 15% dans Sulzer et espère, au terme de son offre qui devrait courir du 17 avril au 15 mai, contrôler 67% du capital.

Dans le compartiment des bancaires, UBS se redresse et progresse de plus de 2% à 261, suivi de son homologue CS Group, en hausse de 0,8% à 295. En revanche, Julius Baer termine la séance en recul de 2,2% à 6600 à la veille de la publication de ses résultats détaillés durant l'exercice 2000, qui ne devraient pas receler de grandes surprises. Une grande banque recommande le titre à l'achat avec un objectif de cours de 8500 dans un horizon à douze mois. L'analyste anticipe des marges stables et non en recul comme le marché le craint.

Roche délaissé au profit de Novartis

Aux pharmaceutiques, le bon Roche, qui avait plongé de près de 8% la semaine passée dans le sillage de ses résultats 2000, ne parvient toujours pas à rebondir. Il clôture en repli de 0,5% à 13 460. Un analyste revoit ses prévisions de bénéfice à la baisse compte tenu de l'incertitude liée à la rapidité de la reprise des ventes pharmaceutiques et de la dépendance persistance du groupe bâlois au revenu financier. Les investisseurs continuent donc de délaisser Roche au profit de Novartis. Cette dernière s'apprécie encore de près de 1% à 2890. Pour sa part, SAirGroup progresse de plus de 1% à 201,25. La compagnie annonce avoir renoncé à son projet de regrouper en une holding baptisée European Leasure Group (ELG) les diverses participations détenues dans certains charters européens, tels Balair en Suisse, LTU en Allemagne, Volare/Air Europe en Italie et Sobelair en Belgique. En effet, l'avenir de l'ELG est réexaminé à la lumière de la fusion prochaine entre Balair, qui devait être le pivot, et Crossair. SAirGroup donnera davantage de précisions à ce sujet lors de la publication de ses résultats au mois d'avril.