Malgré la vaillante résistance affichée par Nestlé (+0,8%) et Zurich Financial Services (+1,4%), deux poids lourds de la cote, le marché suisse succombe à la mauvaise performance des indices américains mardi. Il faut souligner que les incertitudes persistantes sur le front des taux d'intérêt américains après le discours d'Alan Greenspan et l'absence d'intérêt de la part des acheteurs ne font rien pour arranger les choses.

Le marché est très nerveux en ce moment, ce qui se reflète dans sa réaction exagérée aux mises en garde sur les bénéfices ou autres déceptions liées aux résultats des sociétés. L'indice SMI enfonce son support technique situé à 7820 points et se dirige vers la marque psychologique des 7800 points, clôturant en recul de 1,1% à 7813,2. Il s'agit d'un niveau inédit depuis le mois d'octobre 2000. Au début du mois de janvier, le SMI culminait à 8118 points.

Novartis recule de plus de 2%

Parmi les blue chips, SAirGroup se replie de 2,4% à 235, un niveau très proche du point bas de 229 inscrit le 10 janvier. Le groupe annonce le report de la publication de ses résultats durant l'exercice 2000 du 12 mars au 2 avril. SAirGroup précise que la stratégie suit son cours conformément aux prévisions. Selon un quotidien parisien, Marc Roche, qui deviendra directeur général d'AOM, Air Liberté et Air Littoral après le départ de Paul Reutlinger fin février, aurait été chargé par les actionnaires de SAirGroup et Marine Wendel de vendre les trois compagnies aériennes françaises. Leur fusion, destinée à défier le géant Air France sur son propre marché, prend beaucoup plus de temps que prévu initialement, notamment en raison de la résistance des syndicats face aux suppressions d'emplois planifiées.

Problèmes de liquidités

Pour sa part, Novartis recule de plus de 2% à 2736 à la veille de la publication de ses résultats durant l'exercice 2000. Les analystes prévoient un bénéfice net de quelque 6,5 milliards de francs et une augmentation de l'ordre de 5 à 7% de son chiffre d'affaires dans la pharmacie. Les investisseurs souhaitent en savoir davantage sur l'exercice en cours et sur la croissance estimée des ventes par rapport à la moyenne du secteur.

Dans un autre registre, ABB poursuit son recul après avoir publié ses résultats durant l'exercice 2000 mardi. En effet, de nombreux analystes révisent leurs prévisions de bénéfice à la baisse et réduisent leur rating et leur objectif de cours sur le titre. Une grande banque se montre extrêmement sévère, puisqu'elle porte son objectif de cours à 120 dans un horizon à douze mois. ABB perd encore plus de 4% à 137.

Parmi les valeurs secondaires, Gretag Imaging plonge de près de 27% à 88. La société confirme un article de presse faisant état d'un plan de suppressions d'emplois. Gretag Imaging donnera des informations plus détaillées à ce sujet lors de la publication de son chiffre d'affaires durant l'exercice 2000, qui a lieu aujourd'hui.

Par ailleurs, la société reconnaît qu'elle fait face à de petits problèmes de liquidités en ce moment, tout en précisant que la situation n'est pas dramatique.