Pénalisé par l'important recul de Wall Street en fin de semaine passée, le marché suisse enfonce la marque des 7500 points et des 7400 points lundi. L'indice SMI termine la séance en repli de 1,8% à 7399,80, un niveau inédit depuis le mois d'avril 2000. La publication de créations d'emplois supérieurs aux attentes des économistes vendredi aux Etats-Unis a diminué la probabilité d'une forte détente monétaire à l'issue de la prochaine réunion de la Réserve fédérale, le 20 mars.

Parmi les blue chips, toutes les actions sont orientées à la baisse à l'exception de Syngenta, en légère hausse de 0,25% et de Sulzer, qui campe sur ses positions à 1130. SAirGroup figure au centre de la scène en début de semaine. Le titre plonge de près de 14% dans le sillage de la démission de la quasi-totalité de son conseil d'administration composé de dix membres. Cinq d'entre eux quitteront leurs fonctions à l'issue de l'assemblée générale du 25 avril et les quatre autres en 2002. Seul Mario Corti, directeur financier de Nestlé, demeure administrateur du groupe. De surcroît, selon les rumeurs en vigueur actuellement, SAirGroup pourrait publier des pertes de 2,5 milliards de francs le 2 avril prochain en raison de la déconfiture de ses filiales aériennes belges, françaises et allemandes. Selon certains observateurs, la pression constante sur le titre depuis quelques mois pourrait nuire à son avenir au sein de l'indice SMI.

CS Group plonge de 3%

Dans le compartiment des bancaires, CS Group se replie de près de 3% à 287,50 à la veille de la publication de ses résultats durant l'exercice 2000. Selon les estimations des analystes, le bénéfice net devrait être inchangé à quelque 5,27 milliards de francs. Les prévisions incluent une charge de 1,4 milliard de francs liée à l'acquisition du courtier américain Donaldson Lufkin & Jenrette. Les actifs sous gestion devraient avoir progressé de 4,9% au cours du second semestre. Les intervenants seront particulièrement attentifs à la performance de la banque au premier trimestre 2001. CS Group souhaite que sa banque d'investissement contribue à hauteur d'un tiers à ses résultats, et ce domaine d'activité a connu un début d'année très volatil, après la détente monétaire décidée par la Réserve fédérale.

Excellentes perspectives de résultats pour Givaudan

Dans un autre registre, Unaxis recule de plus de 6% à 297,50, incapable de résister aux turbulences qui frappent le secteur technologique en ce moment. Le groupe publie pourtant des résultats record au cours de l'exercice 2000. Son bénéfice net s'est établi à 511 millions de francs, contre 53 millions en 1999. Le groupe paiera un dividende pour la première fois depuis trois ans. De son côté, Givaudan affiche un léger repli de 0,1% à 461,50. Le fabricant de parfums et d'arômes publie ses résultats 2000 aujourd'hui. Les analystes tablent en moyenne sur une progression de 13% de son bénéfice net à 267,7 millions de francs et sur un chiffre d'affaires quasiment inchangé. Roche a procédé au spin off de Givaudan en juin l'année passée afin de se concentrer sur son métier de base. Le titre a fait ses débuts en Bourse à un prix d'émission de 535.