Toujours pas de reprise en vue sur le marché suisse en fin de semaine. Il faut souligner que l'environnement n'est guère favorable à une progression des cours pour le moment. En effet, le président de la Réserve fédérale Alan Greenspan se déclare prêt à un nouveau resserrement monétaire si nécessaire. Il n'anticipe pas d'accélération de l'inflation, mais les statistiques à venir seront décisives. Compte tenu de la résurgence des inquiétudes relatives aux taux d'intérêt, l'indice SMI clôture la séance en net recul, enfonçant son support technique situé à 6900 points. Il perd ainsi de 3% sur la semaine.

Parmi les blue chips, Adecco, qui publiera ses résultats semestriels lundi, figure parmi les rares hausses. Sa filiale américaine Lee Hecht Harrison annonce le rachat de deux sociétés de travail temporaire basées aux Etats-Unis: Jarosz Associates (Chicago) et Russell-Rogat (Cleveland). Le montant des transactions n'a pas été divulgué. Le groupe helvétique profite du fait que de plus en plus d'employés sont engagés pour des contrats à court terme pour se développer en Europe et aux Etats-Unis. Pour l'ensemble de l'exercice en cours, Lee Hecht Harrison prévoit un chiffre d'affaires de 150 millions de dollars.

Au mois d'avril, Adecco avait annoncé une progression des ventes de l'ordre de 2% en Amérique du Nord. Adecco est leader mondial dans son secteur avec une part de marché de 8% et devance Manpower (7%), Kelly (3%), Randstad (3%), Vedior/BIS (3%) et Olsten (2%). Le groupe helvétique détient une position dominante en Europe, notamment en France grâce à la fusion avec Ecco en mai 1996. Par ailleurs, son principal rival Manpower occupe la première place aux Etats-Unis, le plus grand marché de l'emploi temporaire sur le plan mondial, ainsi qu'en Grande-Bretagne et au Japon. Le titre a été intégré dans l'indice SMI des grandes capitalisations au début du mois de juillet.

Dans un autre registre, SAir Group, inchangé, annonce être intéressée à l'achat d'une participation minoritaire dans la compagnie aérienne polonaise LOT. Au début du mois, les deux géants Global One (American Airlines/British Airways) et Star Alliance (Lufthansa/United Airlines) ont soumis des offres dans le cadre de la privatisation de LOT. Le gouvernement polonais vendra, cette année, 10% du capital de la compagnie, qui a fait un retour dans les chiffres noirs durant l'exercice 1998. En début de semaine, Swissair avait fait part de son intérêt à une participation dans le capital du transporteur hongrois Malev.

Swisscom se replie de plus de 1%. La vente de Cablecom, détenu à parts égales par le groupe suisse et les sociétés allemandes Siemens et Viag, est prévue incessamment. Parmi les candidats potentiels au rachat figurent Deutsche Telekom, le groupe de média Bertelsmann et Microsoft. Swatch Groupe indique n'être pas impliqué dans une éventuelle offre, contrairement à certaines rumeurs. Cablecom, dont la valeur est estimée à quelque 2,6 milliards de dollars, détient une part de marché de 50% en Suisse.

Pour leur premier jour de cotation dans le nouvel indice SWX New Market, les titres de la société californienne Biomarin Pharmaceuticals, dont l'introduction en Bourse a été reporté à deux reprises, ont attiré l'attention des investisseurs. L'offre de 4,5 millions de titres a été fortement sursouscrites et inclut une option greenshoe pour 675 000 actions supplémentaires.

Avec un prix d'émission fixé à 20 francs situé dans le haut de la fourchette, le titre touche un point haut de 25,50 en cours de journée.