Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Gerard Baker, le 8 juillet 2014, lors d’une cérémonie au Nasdaq à New York./AP/Seth Wenig
© Seth Wenig

médias

Jugé trop complaisant avec Donald Trump, le numéro un du «Wall Street Journal» quitte ses fonctions

Remplacé par Matt Murray, rédacteur en chef adjoint du quotidien depuis 2013, Gerard Baker va poursuivre l’écriture d’articles et d’éditoriaux pour le «Wall Street Journal» mais aussi lancer sa propre émission

Le groupe News Corp a nommé Matt Murray rédacteur en chef du Wall Street Journal en remplacement de Gerard Baker, qui était critiqué depuis 2016 pour sa complaisance supposée à l’égard de Donald Trump. Rédacteur en chef adjoint du quotidien depuis 2013, Matt Murray fait partie de Dow Jones, filiale de News Corp et maison mère du Wall Street Journal, depuis 1994.

Désigné en 2012, Gerard Baker a fait progresser d’un tiers les ventes du quotidien et accéléré sa transition vers le numérique, a rappelé News Corp dans un communiqué publié mardi. Fin 2017, le Wall Street Journal comptait 1,27 million d’abonnés aux seules éditions en ligne, en hausse de 33% par rapport à fin 2016 et de 68% par rapport à fin 2015.

De la même manière que le New York Times et le Washington Post, le quotidien financier a tiré profit de la campagne présidentielle américaine et de la première année de la présidence Trump en rééquilibrant son modèle vers le numérique.

Lire aussi: Le «Wall Street Journal» stoppe ses éditions papiers internationales

Le Wall Street Journal a publié plusieurs scoops sur cette période, révélant notamment l’existence d’une relation sexuelle présumée entre Donald Trump et l’actrice pornographique Stormy Daniels.

Critiqué pour sa proximité avec Trump

Mais Gerard Baker était régulièrement critiqué, en particulier au sein de sa rédaction, pour sa prudence supposée vis-à-vis de l’ancien promoteur immobilier, considérée parfois comme de la complaisance. Il aurait notamment tancé des journalistes qui couvraient une réunion de la campagne Trump, les accusant de donner dans le commentaire plus que dans l’information, selon le New York Times.

Le site Politico avait également publié, en août, des extraits d’un entretien entre des journalistes du WSJ, emmenés par le rédacteur en chef, et Donald Trump, accompagné de sa fille Ivanka. Le ton très amical de Gerard Baker durant l’interview n’avait fait que consolider sa réputation.

Lire aussi: Le «Wall Street Journal» va se restructurer pour améliorer sa présence

Gerard Baker va rester dans le giron du groupe, écrire des articles et des éditoriaux pour le Wall Street Journal mais aussi lancer sa propre émission, sponsorisée par le quotidien, sur la chaîne d’information Fox Business Network, qui fait partie du groupe 21st Century Fox, également contrôlé par le magnat des médias Rupert Murdoch.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)