C’est une plaidoirie modèle qu’ont livrée, mercredi matin à Paris pour l’ultime journée du procès en appel d’UBS, les deux avocats de la banque suisse, Me Hervé Temime et Me Denis Chemla. Pour défendre celle-ci, accusée de «démarchage bancaire illicite» sur le territoire français et de «blanchiment de fraude fiscale» entre 2004 et 2012 – et condamnée en première instance à une amende record de 3,7 milliards d’euros – les deux juristes ont pilonné le dossier de l’accusation.