Le groupe Julius Baer qualifie ses résultats 2009 de «satisfaisants». Le bénéfice net atteint 473,2 millions de francs en 2009 sur base ajustée, en hausse de 7,2% par rapport à l’année précédente. Le conseil d’administration propose un dividende de 0,40 franc par action à l’assemblée générale.

Les afflux nets de capitaux privés se sont élevés à 5 milliards de francs en 2009, soit une progression de 4% essentiellement due aux marchés émergents, en particulier d’Asie.Ceux-ci ont été partiellement compensés par les sorties de fonds liées à l’amnistie fiscale italienne et au retrait progressif des activités aux Etats-Unis.

Le total des avoirs de la clientèle s’élève à 241 milliards de francs, en hausse de 25%, et les actifs sous gestion à 154 milliards de francs, en augmentation de 19%.

Le groupe continue de bénéficier d’une solide base de fonds propres puisque le ratio BRI de niveau 1 atteint 24,1%.

2009 a été une année marquée par de profonds changements structurels pour la banque dirigée par le Nyonnais Boris Collardi, avec la séparation des divisions Private Banking et Asset Management de l’ancienne Julius Baer Holding. Les priorités du président de la direction sont maintenues: «Poursuivre notre croissance et profiter des opportunités potentielles sur les marchés», a-t-il ajouté.