Si l’on en croit la bourse, Julius Baer a déçu avec ses résultats 2018. La sanction a été immédiate à l’ouverture des marchés lundi matin et, en fin de journée, la banque zurichoise spécialisée dans la gestion de fortune perdait toujours 4,4%. Et ce ne sont ni la promesse d’un dividende en hausse (+7% à 1,50 franc), ni un plan de restructuration supposé économiser 100 millions de francs en 2020 et coûter environ 130 à 140 emplois qui ont changé quoi que ce soit à l’opinion générale.