C’est l’une des protestations les plus efficaces de ces dernières années en Chine: début juillet, des propriétaires d’appartements achetés sur plan, dont la construction n’avançait plus depuis des mois, ont décidé d’arrêter de rembourser leurs prêts immobiliers. Ils l’ont fait savoir dans une lettre ouverte, largement partagée sur les réseaux sociaux chinois. Rapidement, leur mouvement a fait tache d’huile: à travers le pays, des milliers de propriétaires se sont endettés pour des appartements qui n’existent que sur le papier, et sont étouffés par un loyer en plus des échéances de leur emprunt. Craignant une contagion, les pouvoirs publics ont réagi rapidement, en promettant un moratoire sur les remboursements et un fonds de sauvetage pour aider les promoteurs à achever les projets en cours.