Justice

La justice française ouvre une enquête contre Epson pour «obsolescence programmée»

Le fabricant d’imprimantes fait l’objet d’une plainte, qui l’accuse notamment de bloquer des cartouches d’encre, même si elles ne sont pas vides

Une enquête préliminaire pour «obsolescence programmée» et «tromperie» visant le fabricant japonais d’imprimantes Epson a été ouverte le 24 novembre en France, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Lire aussi: Obsolescence programmée: voici l’ordinateur irréparable

Il s’agit de la première enquête de ce genre en France, selon l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) qui avait porté plainte fin septembre pour dénoncer des «techniques» des industriels pour pousser selon eux les consommateurs à racheter des cartouches d’encre.

Des cartouches d’encre pas entièrement vides

L’enquête a été confiée aux services de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), relevant du Ministère de l’économie, a précisé le parquet, confirmant une information du magazine français Le Point.

HOP avait déposé une plainte fin septembre visant l’américain HP Inc., les japonais Canon, Brother et «en particulier» Epson.

L’association y décrit les «techniques» des industriels, notamment «le blocage des impressions au prétexte que les cartouches d’encre seraient vides alors qu’il reste encore de l’encre».

Une première en France

«C’est une très bonne nouvelle; pour la première fois en France et à notre connaissance dans le monde, les autorités judiciaires d’un pays se saisissent d’un cas d’obsolescence programmée», s’est félicité jeudi auprès de l’AFP Me Emile Meunier, avocat de l’association.

Mercredi, HOP avait déposé une plainte contre Apple pour l’«obsolescence programmée» de ses iPhone, après que le géant américain a récemment admis ralentir volontairement ses anciens modèles de smartphones.

A ce propos: Apple reconnaît dégrader les performances de certains iPhone

Publicité