Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le siège de KBA-Notasys à Lausanne, image empruntée à Schenker Storen.
© Schenker Storen

Impression

KBA-NotaSys pourrait supprimer jusqu'à 60 emplois à Lausanne

Le leader de l'impression de billets est sous pression. Cette société discrète a présenté mardi à ses employés un plan de restructuration qui pourrait toucher un tiers de son personnel lausannois

Pour le canton de Vaud, les mauvaises nouvelles sur le front de l’emploi ne cessent de s’accumuler. Après Sicpa, Bombardier, Thermo Fisher, au tour de Kba-NotaSys.

Selon des informations obtenues par Le Temps, le leader mondial dans l’impression monétaire, qui emploie quelque 185 employés à Lausanne, a annoncé mardi à ses employés qu’il avait l’intention de «supprimer ou de transférer» jusqu’à 60 postes de travail. Contactée, l’entreprise confirme être entrée en phase de consultation mais ne souhaite pas commenter les chiffres évoqués.

Lire aussi: Le canton de Vaud victime d’une loi des séries en matière de restructurations (22.06.2017)

Concrètement, une consultation a déjà été lancée auprès des employés, et le Service cantonal de l’emploi a été informé des intentions de KBA-NotaSys. Selon différentes sources, les employés concernés pourraient être mis en congé dès la fin du mois d’octobre.

Cette restructuration fait partie d’un programme «d’amélioration des performances» présenté précédemment par le propriétaire et qui pourrait toucher d’autres sites comme celui de Würzburg (Allemagne) ou Mödling (Autriche). Au total, KBA-NotaSys emploie quelque 700 personnes.

Marché «extrêmement sous pression»

Eric Boissonnas, directeur général de l’entreprise, confirme ces informations au Temps mais ne souhaite pas donner de précisions sur le nombre d’emplois qui pourraient être touchés. «Nous sommes en phase de consultations et, comme aucune décision finale n’a encore été prise, le chiffre exact pourrait encore changer», a-t-il précisé.

Il justifie ces mesures en pointant le fait que KBA-NotaSys est actif sur le marché de l’impression des billets de banque qui est «extrêmement sous pression» à cause de la transition en cours dans les moyens de paiements. Il pointe la nécessité impérative de «s’adapter aux changements pour maintenir la position de leader». Il tient à préciser que Lausanne, au sein de KBA-NotaSys, reste le centre de compétence dans le billet de banque.

Très discrète et très méconnue

Fondée en 1952 à Lausanne, KBA-NotaSys est la filiale du groupe allemand Koenig & Bauer depuis 2001. L’entreprise, très discrète et méconnue du grand public, propose ses services pour imprimer les billets des banques centrales du monde entier. En Suisse, elle collabore notamment avec le fabricant d’encres de sécurité SICPA (déjà touché par une restructuration en juin dernier) ou l’imprimeur Orell Füssli.

Lire aussi: SICPA va biffer jusqu’à 150 postes à Prilly (21.06.2017)

Dans une interview à l’Agefi publiée en mai, Eric Boissonnas expliquait que, pour 95% des billets de banque émis dans le monde, au moins une des machines de KBA-NotaSys avait été utilisée.

La société avait fait parler d’elle en juin de cette année car l’ancien directeur général et l’ancien directeur financier étaient accusés par la justice suisse d’avoir créé des «caisses noires» pour payer des pots-de-vin à des agents étrangers. Selon l’entreprise, l’annonce de cette restructuration n’a aucun lien avec cette affaire.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)