Les conférences ministérielles censées dénouer les nœuds qui paralysent les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève reviennent en force. Après celle qui a réuni une vingtaine de ministres à Davos en janvier à l'invitation de la Suisse, une réunion a lieu ces mercredi, jeudi et vendredi à Mombassa, station balnéaire kényane. «Ces rencontres permettent aux ministres de donner une impulsion politique pour faire avancer les travaux», explique Luzius Wasescha, chef négociateur suisse à l'OMC, qui accompagne le conseiller fédéral Joseph Deiss au Kenya.

Cette mini-ministérielle sera suivie par une autre début mai à Paris, en marge de la réunion ministérielle de l'OCDE. Pékin et Séoul sont sur les rangs pour accueillir les prochaines rencontres ce printemps.

Les participants à la réunion kényane se font peu d'illusions. «Il n'y a pas d'agenda spécifique; on parlera de tout et de rien», déclare un diplomate. «En ce qui nous concerne, ajoute Luzius Wasescha, nous allons insister pour qu'on avance dans les dossiers services et les produits industriels.» Peter Mandelson, le commissaire européen au Commerce, va dans le même sens et déclare que des percées sont indispensables pour réussir la conférence de Hongkong en décembre 2005.