Economie suisse. Cyril Jost, Vincent Kucholl, Mix & Remix. Editions LEP. 102 pages

Si l'état de la conjoncture taraude vos proches et que vous n'avez toujours pas trouvé de cadeau de Noël, voici un petit ouvrage qui fera fureur sous le sapin. En à peine plus de 100 pages, ce manuel richement illustré dit tout sur le fonctionnement de l'économie suisse sans que l'on n'ait rien à demander.

Produit par un éditeur spécialisé dans les ouvrages pédagogiques, ce manuel prend le lecteur par la main pour lui enseigner les bases mêmes du système. Les premières pages sont ainsi consacrées à un descriptif des relations économiques entre individus, du salarié qui perçoit son salaire à l'investisseur qui place en bourse. Des renvois au bas de chaque case orientent le lecteur vers des explications plus spécifiques contenues dans le livre, de l'économie au quotidien comme le prix des tomates ou le paiement des impôts, jusqu'aux matières les plus abstraites, comme les indicateurs macroéconomiques ou le fonctionnement des marchés financiers.

Loin de n'être qu'un ouvrage de vulgarisation théorique, le manuel s'ancre dans l'actualité en mettant en avant des questions ouvertes comme les diminutions des subventions à l'agriculture sous l'effet des négociations à l'OMC, ou le «dialogue» que la Suisse entretient avec l'UE sur les questions fiscales. Un chapitre final sur les enjeux environnementaux introduit la notion des coûts induits par la pollution.

Que le lecteur néophyte, que pourrait rebuter une matière supposée aride et complexe, se rassure: il n'est ni inondé de textes abscons ni étouffé sous les graphiques incompréhensibles. Au contraire, les explications sont aussi brèves que directes. Les pages, agréablement aérées, sont abondamment illustrées d'amusants petits dessins du caricaturiste lausannois Mix & Remix, dont le propos direct vient renforcer les explications contenues dans les textes.

Comme le résume l'une des premières caricatures, «pas besoin d'être un grand économiste pour comprendre ce bouquin. Il suffit de savoir lire!»