Jusqu'à présent, l'institut de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) prévoyait une brève récession technique liée au franc fort. "Mais une fois de plus, l'économie helvétique s'est montrée plus résistante qu'on ne le pensait face au choc monétaire", ont indiqué jeudi les experts du KOF dans un communiqué.

Pour 2015, l'établissement table désormais, tout comme le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), sur une augmentation moyenne du produit intérieur brut (PIB) de 0,9%. Les prévisions de la Banque nationale suisse (BNS) sont quasiment identiques (près de 1%). Les analystes du KOF estimaient encore cette hausse à 0,4% en juin.

En 2016, le centre de recherches anticipe une croissance du PIB de l'ordre de 1,4 (1,3% en juin). Avec 1,5%, le SECO se veut, quant à lui, légèrement plus optimiste.

La Suisse profite du redressement de l'économie en zone euro et de la reprise aux Etats-Unis. Mais la faiblesse de la Chine, du Brésil et de la Russie continuent de peser sur sa conjoncture.

Inflation au plus bas

Quant à l'inflation, elle devrait se maintenir en territoire négatif. "Cette année, les prix baisseront de 1,1%, ce qui correspond à la valeur annuelle la plus basse depuis le début du siècle", prévient le KOF. En 2016, les prix poursuivront leur recul de 0,2% en moyenne annuelle.

S'agissant du taux de chômage en Suisse, le centre d'études attend toujours un taux de 3,3% en 2015 et de 3,6% en 2016. "Les perspectives du marché de l'emploi n'ont presque pas évolué depuis les dernières prévisions", note-t-il.

Le chômage a connu, au deuxième trimestre, un léger accroissement, en partie provoqué par l'augmentation du nombre de jeunes sans travail. A cette période, le taux de chômeurs, en valeur corrigée des variations saisonnières, a progressé d'environ 0,1% par rapport au trimestre précédent.

Paralysie dans la construction

Par secteur, l'institut zurichois table sur une stagnation des investissements dans la construction en 2015. Il prévoit, par contre, une hausse de 0,7% en 2016.

L'acquisition de nouveaux avions et de nouveau matériel roulant tirera les investissements d'équipements à la hausse, l'année prochaine. Ceux-ci progresseront de 3,6%, selon le KOF. Pour 2015, les engagements financiers dans ce domaine connaîtront un accroissement de 2,7%.

Euro à 1,10 franc

Concernant l'évolution des taux de change, le centre de recherches anticipe un cours de l'euro de 1,10 franc. "La fonction de refuge assumée jusqu'ici par la monnaie helvétique semble jouer un rôle mineur pour l'instant", souligne-t-il.

La Grèce a, en effet, résolu temporairement sa crise de la dette. Et, en dépit des turbulences qui ont affecté les marchés financiers asiatiques, le franc s'est déprécié, depuis le milieu de l'année.