Au contraire d'autres groupes actifs dans les voyages, l'agence zurichoise Kuoni a choisi la stratégie de la diversification géographique et sectorielle, ce qui lui réussit pleinement. Alors que l'environnement reste plus compétitif que jamais, Kuoni a présenté mercredi des résultats semestriels qualifiés de «très bons» par Jean-Philippe Barras, analyste à la Banque Cantonale Vaudoise. Le bénéfice net s'est accru de 12,5% à 31,6 millions de francs, le bénéfice d'exploitation avant intérêts et amortissements (EBITA) de 76,9% à 40,5 millions de francs. Le chiffre d'affaires a augmenté quant à lui de près d'un quart à 1,745 milliard de francs. Il devrait frôler les 4 milliards de francs sur l'année.

Les résultats sont inégaux selon les régions, d'où l'intérêt d'être présent sur trois continents. L'Amérique du Nord et la Grande-Bretagne représentent désormais la plus grosse unité du groupe avec un chiffre d'affaires de 527 millions de francs, en progression de 46,8%. Près des deux tiers de cette hausse sont redevables aux acquisitions (qui gonflent les amortissements de goodwil, +61,3%), parmi lesquelles l'achat de l'américain Intrav en juillet 1999. Ce dernier cible une clientèle haut de gamme en proposant par exemple des voyages autour du monde en Concorde – qui seront remplacés par des «alternatives attractives» tant que le supersonique restera cloué au sol –, des safaris en Afrique ou la location de jets privés en Europe du sud.

Ambition dans le moyen et haut de gamme

Cette expansion vers les voyages de luxe, en particulier les destinations lointaines, représente également une stratégie développée avec succès par Kuoni. Témoin, les très bonnes affaires réalisées ce semestre dans ce segment au Royaume-Uni. «Kuoni s'en sort mieux que les autres voyagistes parce que la qualité de ses prestations britanniques a évité la pression exercée sur les marchés de masse», n'hésite pas à affirmer Mark Brumby, collaborateur de Pictet & Cie cité par Bloomberg. Britta Simon, analyste à la banque Sarasin, renchérit: «La croissance interne a été impressionnante étant donné que la première moitié de l'année a été mauvaise sur plusieurs marchés. Le résultat reflète clairement la volonté de Kuoni de s'étendre dans le moyen et haut de gamme.» L'unité anglo-saxonne continue d'ailleurs de se renforcer dans ce segment: elle vient notamment de lancer aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne une nouvelle ligne de produits de luxe.

L'Asie fait également partie des régions où Kuoni se distingue par de bons résultats. Trois facteurs y ont contribué: la reprise économique dans la région, la force du yen qui accroît la demande pour des voyages en Europe – les ventes ont augmenté de 25%, portées par la demande en Thaïlande, au Japon et à Hongkong – ainsi que les acquisitions réalisées en Inde, à nouveau dans le segment haut de gamme. Kuoni a en effet racheté Sita World Travel le 1er avril 2000, renforçant considérablement sa position dans le pays, notamment dans les voyages d'affaires.

C'est en fin de compte en Europe et en Suisse que l'évolution a été la plus mauvaise. Malgré des chiffres d'affaires en hausse, respectivement de 10,5% et de 11% – un signal très positif sur un marché suisse en faible croissance –, l'EBITA a reculé de 170,2%

(-12,7 millions de francs) dans le premier cas et s'est amélioré dans le second de 60% mais reste néanmoins dans les chiffres rouges (-3,6 millions de francs). Outre par un environnement très compétitif, ces pertes s'expliquent par des événements conjoncturels (hausse d'impôts au Danemark, etc.), des erreurs stratégiques revues depuis ainsi que par le fait que les grands voyages ont davantage lieu en seconde partie d'année qu'en première.

Comment comprendre qu'en dépit de cette bonne évolution générale, le titre Kuoni n'ait progressé que de 5% depuis le début de l'année tandis que le SPI a déjà gagné 13%? En grande partie par la déception occasionnée par ses concurrents, explique Jean-Philippe Barras. Hier, à l'annonce des résultats, l'action avait meilleure mine: elle gagnait 6,4% avant de baisser un peu et de terminer à 753 francs.