Tirant profit d’une demande en hausse, Kuoni a renoué avec la rentabilité après neuf mois en 2010. Le voyagiste zurichois a dégagé un bénéfice net de 12,3 millions de francs, contre une perte de 5,7 millions de janvier à septembre 2009. Les ventes ont crû de 1,4% à 3,02 milliards.

La croissance organique du chiffre d’affaires s’est inscrite à 1,9%, alors que les acquisitions y ont contribué à hauteur de 1,2%. En revanche, l’appréciation du franc par rapport aux autres devises importantes a pesé sur la croissance des ventes, à hauteur de 1,7%, a précisé jeudi Kuoni.

Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s’est quant à lui hissé à 31 millions de francs, contre 3,7 millions à la même période de l’an dernier. Corrigé du programme de réduction des coûts et des effets de la paralysie liée à l’éruption du volcan islandais, il s’élève même à 80,6 millions, contre 33,7 millions un an auparavant.

Kuoni attribue l’amélioration de sa performance à l’embellie conjoncturelle ainsi qu’à l’amélioration de ses marges. Pour le seul 3e trimestre, le chiffre d’affaires s’est étoffé de 3,8% à 1,26 milliard de francs, alors que l’EBIT s’est hissé à 68,8 millions, contre 52,4 millions un an auparavant.

Perte en Suisse

De janvier à septembre, le voyagiste a particulièrement bénéficié de la bonne tenue des affaires en Scandinavie ainsi qu’en Asie. Dans la première région, les ventes ont progressé de 2,5% à 814 millions de francs, alors que l’EBIT s’est envolé, passant en l’espace d’un an de 9,9 à 28,9 millions. Outre des coûts en baisse, Kuoni a profité d’effets de change favorables.

En Asie, le chiffre d’affaires a bondi de 18,4% à 760 millions de francs. L’augmentation résulte pour l’essentiel de la poursuite de la croissance de VFS Global, entité spécialisée dans les services consulaires externes. L’EBIT a lui progressé de 8,3 à 12,2 millions de francs.

En Suisse, les ventes ont fléchi de 5% à 590 millions de francs. Mais le 3e trimestre a affiché une légère amélioration, le chiffre d’affaires y progressant d’une année sur l’autre de 1 million à 267 millions. La perte d’exploitation après neuf mois s’est réduite, passant de 6,6 à 1,9 million de francs, à la faveur de la réduction des coûts.

En Grande-Bretagne et au Benelux, le chiffre d’affaires a aussi reculé, de 8,6% à 448 millions de francs, alors que l’EBIT s’est amélioré, grimpant de 5,9 à 6,6 millions. Si Kuoni a souffert de l’appréciation du franc par rapport à la livre sterling et à l’euro, les réductions de coûts ont plus que compensé cet effet négatif.

Optimisme prudent

La région Europe du sud a également dû faire face à un fléchissement des ventes de 6,2% à 272 millions ainsi qu’à une perte opérationnelle de 2,3 millions, contre un bénéfice de 7,1 millions un an auparavant. L’appréciation du franc par rapport à l’euro est aussi passée par là, s’accompagnant d’une situation économique encore difficile.

Evoquant la suite de l’exercice, Kuoni table sur une poursuite de la croissance à un chiffre de ses ventes. La marge d’exploitation EBIT corrigée des effets uniques devrait elle atteindre 3%, celle-ci s’étant fixée à 2,7% au cours des neuf premiers mois de l’année.

Pour les mois de novembre et décembre, les réservations dépassent de 6% le niveau atteint un an auparavant. Pour 2011, leur croissance s’établit à 5% et à 8% en devises locales.