Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La SmartFactory de Kaiserslautern a mis au point une mini-fabrique intégrant toutes les nouvelles technologies afin d’aider les entreprises à les intégrer.
© SmartfactoryKL

Transformation

Dans le laboratoire technologique des PME industrielles allemandes

Le succès économique de l’Allemagne ne l’a pas empêché de sentir le danger lié à la numérisation. Plusieurs initiatives existent pour aider les entreprises à s’adapter aux nouvelles technologies. Reportage à la SmartFactory de Kaiserslautern, laboratoire de l’intégration des nouvelles technologies

Où en est l'Allemagne? Alors qu'Angela Merkel devrait être réélue dimanche pour un 4e mandat consécutif, Le Temps a sondé le pays et vous propose toute la semaine de revenir sur les grands défis qui attendent la plus grande puissance européenne

Lire aussi: 

Kaiserslautern n’est ni connue pour son industrie florissante, ni pour des attractions touristiques de haut vol. Pourtant, c’est à «KL», comme l’appellent les locaux, ou K-Town, quand ils sont vraiment cools, dans le sud-ouest de l’Allemagne que le professeur Detlef Zühlke a lancé la SmartFactoryKL, il y a un peu plus de dix ans.

Cette figure de l’industrie 4.0, obsédée par un concept même pas encore formulé, s’inquiétait de la façon dont les entreprises allemandes s’adaptaient et intégraient les nouvelles technologies. Une décennie plus tard, Detlef Zühlke, désormais retraité de l’institut allemand de recherche sur l’intelligence artificielle installé dans le bâtiment à côté, continue sa mission: au moment de notre visite, il est à Séoul pour vanter les initiatives allemandes de numérisation dans l’industrie.

Un club de tennis

«L’Asie est très intéressée par nos activités», explique Haike Frank, qui officie à la SmartFactory et est responsable de l’antenne locale de Mittelstand 4.0, l’initiative fédérale pour aider les PME à s’adapter aux nouvelles technologies. «Nous pourrions avoir des visites provenant de Chine tous les jours!»

Au lieu de cela, il faut trier parmi les intéressés ceux qui peuvent véritablement devenir des partenaires et développer des projets avec cette organisation. Qui est «un peu comme un club de tennis», ironise Haike Frank: les entreprises ou universités sont des membres cotisants, qui travaillent sur des projets communs, se mettent d’accord sur des standards de soft ou de hardware, etc.

Mini-usine de démonstration

Ce sont eux, avec les experts de Kaiserslautern, qui ont permis de créer la mini-usine de démonstration installée au cœur du bâtiment: complètement numérisée, automatisée et modulable, elle fabrique des boîtes de cartes de visite avec code QR intégré.

L’objet paraît banal, mais l’idée était d’en montrer la production de A à Z, grâce à plusieurs fournisseurs rendus compatibles, explique-t-elle, alors qu’un petit robot déplace une boîte d’un module à l’autre devant nous. Si on lui donne un objet à moitié terminé, il saura où la production doit reprendre, toutes les informations y étant inscrites. S’il existe une consigne trop spécifique, il apportera le produit à un humain, qui sera guidé par la réalité augmentée pour le terminer.

Attrait indéniable

Une poignée d’entreprises allemandes ont construit leur propre Smart Factory pour rapatrier une partie de la production et réduire les temps de livraison, un problème central en particulier dans l’automobile. Audi a ainsi mis sur pied à Ingolstadt une fabrique automatisée mais aussi modulable pour intégrer des variations dans la production. On ne connaîtra pas le succès commercial, mais l’attrait est indéniable: jusqu’à la fin de l’année, les visites sont complètes, nous a dit le constructeur automobile. Adidas a aussi ouvert une Speedfactory automatisée qui, elle, reste entourée du plus grand secret.

«Ces entreprises ont les moyens d’investir les milliards nécessaires pour transformer la production, ce qui n’est pas le cas des PME», poursuit Haike Frank. Or la transformation est un enjeu central pour l’industrie, qui emploie plus de 7 millions de personnes et contribue à 25% du PIB national. D’autres projets sont en cours, plus secrets, du moins pour les journalistes et les industriels chinois curieux.

Dossier
La nouvelle Allemagne

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)