Le 9 décembre 2019, dans une tribune parue dans les colonnes du Temps, je défendais l’idée selon laquelle le «capital data», autrement dit la richesse que constitue l’accumulation des données, pouvait représenter une chance pour la société, mais aussi un risque.