Les décisions se précipitent en cette fin d’année au sein de Zurich Insurance depuis l’annonce, le 1er décembre, du départ de Martin Senn de la présidence de la direction générale. Après les 300 délocalisations d’emploi et la nomination d’un nouveau directeur général pour la branche vie, Zurich Insurance, à travers sa filiale Zurich American Insurance Company (ZAIC), rachète pour environ 1,05 milliard de dollars Rural Community Insurance Services (RCIS), selon un communiqué.

La décision laisse la bourse de marbre. L’action Zurich est en légère baisse, comme l’indice SMI, vendredi matin. Pour l’instant, le titre est en baisse de 20% depuis le début de l’année.

«Mieux vaudrait rendre l’argent aux actionnaires»

L’analyste de la Banque cantonale de Zurich estime le prix d’acquisition «correct même si les données sont maigres sur la société rachetée». Il apprécie également que l’assureur pénètre sur un nouveau segment d’activité. Mais il ajoute que «le marché américain est très concurrentiel et l’assurance de récolte est dépendante des conditions météorologiques». Un analyste de J.Safra Sarasin estime que «la transaction est sensée, mais il ne sera pas aisé d’obtenir un rendement d’investissement de 10% avec cette entreprise». Il en conclut que «l’argent aurait pu être rendu aux actionnaires, d’autant que Zurich doit améliorer sa rentabilité et chercher un nouveau patron».

A lire aussi: Après le départ de son patron, Zurich Insurance cherche «un leader et un entrepreneur»


RCIS, avec 2,1 milliards de dollars de recettes de primes, est un leader de l’assurance de récoltes. Il appartient au conglomérat financier Wells Fargo, 30ème plus grand groupe américain selon le magazine Fortune. Un ménage américain sur trois est client de Wells Fargo, selon le communiqué. Pour sa part, la société RCIS assure un agriculteur américain sur six.

Intégration en 2017

Zurich Insurance, qui avait renoncé cet été au rachat du groupe britannique RSA, utilise ainsi une partie des 3 milliards de son excès de fonds propres que la direction avait l’intention soit de retourner aux investisseurs, soit d’investir sur les marchés d’assurance, indique-t-il. L’assureur paiera 675 millions de dollars ainsi que l’excès de fonds propres de la société, estimé à 375 millions de dollars, à la clôture de la transaction au premier trimestre 2016. Le total se montera donc à 1,05 milliard de dollars. L’intégration des affaires de RCIS au sein de ZAIC est attendue en 2017.

«Zurich continue d’établir ses priorités et investit dans les branches et segments de clientèle où il discerne les meilleures opportunités pour une croissance durable», déclare Kristof Terryn, directeur de l’assurance non-vie du groupe. «L’acquisition de RCIS accroît la diversification de risque des affaires dommages (General Insurance) et augmente sa présence dans l’agriculture, laquelle offre une faible corrélation avec les autres segments d’activité», explique-t-il.

A lire aussi: Un signe de grande nervosité et de précipitation

RCIS, qui a participé à la privatisation de l’assurance de récoltes depuis 1982, n’est de loin pas une inconnue au sein de ZAIC. Le groupe suisse offre ses services de réassurance à RCIS depuis 2000, selon le communiqué. Il réassure actuellement 25% de ses primes. RCIS dispose d’un réseau de plus de 4000 agents d’assurance à travers le pays proposant des solutions de gestion du risque de 130 produits agricoles.