Depuis son entrée à la bourse suisse, le 6 novembre dernier, l'action du gérant de fonds de hedge funds sis à Lausanne Gottex a chuté de 90%. Du prix d'émission de 73 francs, le cours est tombé mercredi à la clôture à 5, 75 francs. Pour Andreas Venditti, analyste à la Banque cantonale de Zurich (BCZ), cette chute est certes la conséquence de l'exposition indirecte des produits Gottex à une fraude présumée au sein de la société de participation américaine Petters Group Worldwide. Mais elle reflète surtout les craintes des marchés de retraits massifs d'argent de la gestion alternative.

Peu de sorties jusqu'ici

«La société elle-même n'a pour l'instant pas de problème», relève Andreas Venditti. Jusqu'ici les retraits ont été limités. Au troisième, trimestre, Gottex, qui est aussi le partenaire de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) dans la gestion alternative, a affiché des sorties nettes de 490 millions de dollars, selon un communiqué diffusé lundi. Les fonds sous gestion ont baissé de 13,6% ou 2,12 milliards de dollars, à 13,2 milliards. Le principal moteur du repli a été la mauvaise performance des placements. Gottex n'est pas seul dans cette situation: selon l'indice HFRI, les hedge funds ont perdu 10,1% depuis le début de l'année.

«Même si cela reste meilleur que les marchés actions, les hedge funds n'ont pas entièrement tenu leur promesse de rendement absolu et n'ont que partiellement protégé le capital investi», relève Mathias Bueeler, analyste chez Kepler Capital Markets, dans un commentaire. Andreas Venditti craint que Gottex ne doive faire face l'an prochain à des sorties de fonds plus importantes. Les commissions de gestion vont donc baisser. De plus, le groupe ne touchera probablement pas de commission de performance avant la mi-2010, selon lui.

Et, une fois la crise passée, la société lausannoise sera-t-elle à même de renouer avec ses marges du passé, se demande l'analyste de la BCZ. Notamment, la réglementation pourrait devenir plus restrictive dans la gestion alternative. En résumé, le marché se demande si les gérants de fonds de hedge funds ne seront pas moins rentables à l'avenir. De nombreux titres des gérants alternatifs, comme les deux géants américains Fortress et KKR Holding, subissent des chutes de 60% à 90%.

Pas de craintes

Andreas Venditti n'a cependant pour l'heure pas de crainte pour la survie de Gottex, qui est un des acteurs importants de la gestion alternative. Joachim Gottschalk, président de Gottex Holding, pense pour sa part que sa société sera bien placée pour tirer parti des opportunités que la dislocation actuelle du marché est en train de créer. En outre, 85% des actifs gérés proviennent d'institutionnels, alors que les retraits attendus dans l'industrie devraient plutôt venir des particuliers.