Le géant suisse des matériaux de construction LafargeHolcim a admis jeudi avoir conclu des arrangements «inacceptables» pour maintenir l’activité d’une cimenterie en Syrie, pays déchiré par la guerre civile, en 2013 et jusqu’à son évacuation en 2014.

La filiale locale qui appartenait alors au français Lafarge «a remis des fonds à des tierces parties afin de trouver des arrangements avec un certain nombre de ces groupes armés, dont des tiers visés par des sanctions», explique le groupe dans un communiqué.

Une enquête interne «n’a pas pu établir avec certitude quels étaient les destinataires ultimes des fonds au-delà des tierces parties concernées», ajoute LafargeHolcim.

A ce sujet: LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

Selon Le Monde, qui avait révélé l’affaire en juin, ces arrangements ont notamment profité à l’organisation État islamique (EI). Le groupe cimentier est visé par une enquête préliminaire ouverte en octobre, suite à des plaintes d’ONG et de Bercy. La cimenterie en cause est située à Jalabiya, à 150 kilomètres au nord-est d’Alep.

Une rentabilité accrue

LafargeHolcim a dopé sa rentabilité au terme de l’exercice 2016. Malgré des revenus en baisse, le groupe zurichois, numéro un mondial du ciment, a dégagé un bénéfice net de 2,09 milliards de francs l’an passé, après une perte en 2015.

Le chiffre d’affaires net s’est tassé de 8,7% à 26,9 milliards de francs, annonce jeudi le géant franco-suisse. Sur une base comparable, soit compte tenu des cessions que LafargeHolcim a opérées durant l’exercice sous revue, les revenus nets se sont contractés de 1,7% sur un an.

Les résultats de 2015: Avec 3,18 milliards de pertes, LafargeHolcim a bouclé son premier exercice dans le rouge

Un résultat de 2,8 milliards de francs

Le résultat d’exploitation annuel s’est inscrit à 2,8 milliards de francs, contre un débours de 739 millions un an auparavant. Ajusté des cessions, des coûts liés à la fusion entre Lafarge et Holcim et à la réorganisation du groupe notamment, le résultat opérationnel avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) retraité ressort à 5,8 milliards, en progrès de 8,7% sur une base comparable.

Sur l’année, le résultat net retraité des éléments non récurrents a lui bondi à 1,9 milliard de francs, contre 970 millions un an plus tôt. Au seul quatrième trimestre, il atteint 564 millions, après un débours de 78 millions à la même période en 2015.

Pour Eric Olsen, patron du groupe, «2016 a été une année d’accélération de la dynamique des résultats», commente-t-il dans le communiqué. «L’excellence opérationnelle de LafargeHolcim est visible dans nos cinq régions du monde, qui ont toutes vu augmenter leurs résultats sur le quatrième trimestre et sur l’année».

Evoquant la suite de 2017, la direction continuera à mettre l’accent sur la maîtrise des investissements, les réductions de coûts structurelles et les synergies. Elle escompte une augmentation à deux chiffres de l’EBITDA ajusté à périmètre constant par rapport à 2016.