Au début de la pandémie, Greensill promettait à tous les employés des services de santé britannique (NHS) qu’ils pourraient toucher leur salaire au jour le jour au lieu de devoir attendre la fin du mois. Un geste pour contribuer à l’effort général pendant une crise? Pas vraiment. Plutôt le cœur des activités de cette société financière basée à Londres et désormais en faillite au Royaume-Uni, en Australie (où sa holding est installée), et dont la banque en Allemagne est sous redressement judiciaire depuis mardi.