«Dans le cadre de la gestion de ses fonds Gottex mène des procédures de due diligence approfondies, mais une fraude organisée est difficile à identifier.» Joachim Gottschalk, président de Gottex, souligne que l'exposition des produits de sa société à l'affaire Petters est réduite: moins de 4% des actifs sous gestion et 2,5% de ceux des fonds neutres au marché.

En outre, le gérant de fonds de hedge funds sis à Lausanne n'est pas concerné par l'enquête du FBI contre Tom Petters aux Etats-Unis. Il n'avait pas de contact direct avec la société de ce dernier, Petters Group Worldwide. Les fonds Gottex investissaient dans des hedge funds qui accordaient des crédits à Petters, selon une stratégie de prêts garantis par des actifs.

Mais une partie de ces actifs n'existait pas. Tom Petters est accusé d'avoir détourné des prêts devant financer le rachat de stocks de marchandises destinés à être revendus. Une vingtaine d'investisseurs auraient ainsi perdu 2 milliards de dollars. D'autres gérants de fonds de hedge funds que Gottex sont concernés par cette affaire.Installé dans le Minnesota, Petters Group, s'est mis en faillite. Le groupe possède aussi la société d'imagerie Polaroid et la compagnie aérienne Sun Country Airlines. Cette dernière a également demandé la protection de la justice.