Swissquote s’attend à des résultats tellement au-dessus de ses propres attentes que la banque en ligne s’est fendue d’un avertissement ce mercredi matin pour prévenir les investisseurs de «records» à venir. L’afflux de clients, enregistré depuis le début de la pandémie, ne freine pas. Au contraire, il est «massif», tout comme l’arrivée de nouveaux capitaux. De quoi faire bondir l’action de la banque de près de 10% à l’ouverture des marchés.

Le groupe basé à Gland (VD) ne donne pas d’indication chiffrée de ces deux phénomènes, mais il prévoit un chiffre d’affaires net de 260 millions de francs pour le premier semestre, contre 160,7 millions lors de la même période de l’année précédente. Le bénéfice avant impôts devrait plus que doubler à 130 millions (58,4 millions au premier semestre de l’an dernier). La banque publiera les résultats détaillés le 6 août prochain, date à laquelle elle promet de «fortement réviser à la hausse» ses perspectives pour l’ensemble de l’année. Des performances qui s’expliquent par «de fortes activités de trading dans les principaux segments de revenus de Swissquote (commissions, eForex et cryptomonnaies)».

Analystes à la Banque cantonale de Zurich, Michael Kunz et Christian Schmidiger rappellent dans une note que Swissquote avait déjà fortement relevé ses perspectives fin mars. La banque en ligne avait prévu d’atteindre 500 millions de revenus et 200 millions de bénéfices annuels d’ici à 2024. «Avec les indications du premier semestre, Swissquote a déjà plus qu’atteint cet objectif, à condition que les activités puissent suivre le rythme», précisent les analystes. Ils ajoute que «l’entreprise semble bien positionnée pour profiter d’une tendance structurelle vers encore davantage de trading en ligne».

Lire aussi: Swissquote dépasse la barre des 400 000 comptes

Depuis le début de la pandémie, la banque profite d’un intérêt croissant pour le boursicotage. L’an dernier, elle a ouvert plus de 50 000 nouveaux comptes et, déjà, plus que doublé son bénéfice.

En mai dernier, Swissquote a par ailleurs lancé une application de banque sur smartphone avec PostFinance. Les deux institutions avaient annoncé avoir attiré 10 000 clients sur les trois semaines qui ont suivi le lancement, mais elles n’ont pas donné d’informations supplémentaires depuis.

Lire aussi: Le confinement, propice au boursicotage