Ils s’appellent souvent Ag-ceci ou Agro-cela, développent des technologies destinées au secteur agricole et ont souvent pour point commun d’être peu connus du grand public. Alors que les multinationales ne parlent plus que de «responsabilité environnementale» et que les fenêtres marketing tournent toutes au vert, de nouveaux acteurs investissent peu à peu le terrain des agrotechs. La Suisse n’y coupe pas.

Lire aussi De la fixette climatique à l’obsession écologique