Une croissance sans création d'emplois: c'est la crainte que nourrissent pour l'Allemagne les instituts économiques et le gouvernement d'Angela Merkel. Le chômage a en effet repassé la barre des 5 millions de chômeurs en janvier, bien que, pour le cinquième mois consécutif, le secteur industriel confirmait sa croissance, avec même le rythme le plus élevé depuis 18 mois, selon une enquête menée auprès de 400entreprises.

En janvier, 5,012 millions de chômeurs ont été recensés, soit 408 000 de plus qu'en décembre. C'est toutefois 75 000 de moins que le chiffre record de janvier 2005. L'Agence du travail avance deux explications: d'une part, l'effet des températures très basses de cet hiver sur l'activité des entreprises de TP; d'autre part, l'entrée en vigueur de nouvelles dispositions pour l'indemnisation des chômeurs de plus de 55 ans. Les entreprises ont anticipé les licenciements des travailleurs les plus âgés, car dès février ceux-ci n'auront plus droit à 32 mois d'indemnisation, mais à 18 seulement.

Certains économistes, comme le président de l'Institut de Hambourg, Thomas Straubhaar, craignent que la croissance ne se traduise plus par de nouveaux emplois. L'économie allemande pourrait croître fortement en raison des investissements importants des entreprises dans la rationalisation de leur production. Donc au détriment de l'emploi. Effet dramatique, selon Thomas Straubhaar, car, «sur 100 chômeurs, 96 n'ont aucune chance de revenir sur le marché du travail».